Près de 90% des enseignants aimeraient prendre leur retraite prématurément et disent qu'ils travaillent plus d'heures que ce qui est légalement établi, selon une enquête publiée la semaine où les enseignants organisent une grève nationale.

Telles sont quelques-unes des conclusions de l’enquête «en ligne» menée par la Fédération nationale des enseignants (Fenprof) à laquelle ont répondu 5 218 éducateurs et enseignants de l’enseignement obligatoire à travers le pays.

Ces enseignants ont également commenté la manifestation prévue vendredi et leur position est claire: 88,3% affirment qu'il est nécessaire de continuer à se battre, selon les résultats de la «Consultation avec les enseignants et les éducateurs à l'heure de Covid-19» aujourd'hui. divulgué.

Interrogés sur ce qu'ils feraient s'il y avait un régime de préretraite, seuls 10,9% déclarent ne pas y penser et ne cesseront d'exercer que lorsqu'ils répondront aux exigences légales en vigueur.

Tous les autres estiment avoir profité du régime de préretraite pour quitter plus tôt la profession: 54% disent qu'ils quittent «si les conditions permettent une retraite sans coupure» et 35,1% admettent qu'ils en ont profité «si les conditions ne sont pas très sanctions ».

Les enseignants sont une classe âgée, puisque la majorité des enseignants des écoles portugaises ont plus de 50 ans, avec un peu plus de 1% de ceux qui ont moins de 35 ans.

Pour cette raison, presque tous (98,2%) considèrent qu'il est urgent de créer un régime spécifique permettant une retraite anticipée. Seulement 1,4% estiment que l'ancienneté et l'âge sont adéquats et 0,4% garantissent que cela ne les dérange pas «si je dois passer encore plus d'années en service que celles actuellement fixées».

Un autre des problèmes identifiés dans l'enquête est lié aux heures de travail, que les enseignants qualifient de «déplacées».

La grande majorité a garanti qu'ils travaillaient plus que les 35 heures hebdomadaires définies par la loi, avec seulement un enseignant sur 10 estimant que les heures étaient «appropriées pour l'activité d'enseignement».

En ce qui concerne également la carrière d'enseignant, il y a quasi unanimité (96,9%) à considérer qu'il y a des problèmes à résoudre, comme l'ancienneté qui a été gelée et ils n'ont pas pu récupérer ou des vacances.

La carrière d'enseignant comprend 10 niveaux, avec des postes vacants pour accéder aux 5e et 7e niveaux. Pour la grande majorité des enseignants (87,1%), le régime de vacance devrait être éliminé.

Les concours d'enseignants étaient un autre des sujets abordés, les répondants faisant valoir que le modèle actuel devrait être maintenu: les concours nationaux dans lesquels la sélection est faite par l'obtention du diplôme professionnel des candidats.

Les enseignants sont contre l'idée d'être les directeurs de la sélection des enseignants (seulement 2,6% sont d'accord avec ce modèle).

Une autre des mesures contestées est le transfert de compétences vers les communes, de peur qu'il n'ouvre «la porte à des ingérences dans la vie des écoles, à la privatisation et ne provoque des asymétries encore plus grandes».

Fenprof rappelle, dans un communiqué, que ce ne sont là que quelques-unes des revendications qui conduisent les enseignants à déclencher une grève nationale le 11 décembre.

«Au vu du blocage des négociations imposé par le ministère de l'Éducation, il est nécessaire que la lutte se poursuive sans délai. C'est l'avis de 88,3% des milliers d'enseignants qui ont participé à la consultation », révèle Fenprof.

La fédération rappelle certains des problèmes qu'elle souhaiterait aborder avec la tutelle, tels que «le vieillissement, la surcharge des heures et du travail et l'usure qui en résulte, la précarité ou toutes les injustices qui marquent l'état actuel de la carrière d'enseignant».

L'enquête auprès des enseignants du mois dernier a également montré que les enseignants sont préoccupés par l'insuffisance de la sécurité sanitaire qu'ils ressentent dans les écoles, «principalement parce qu'il n'y a toujours pas de tests» ou parce que la distance physique n'est pas garantie dans toutes les écoles. deux mètres entre les personnes.

OUI // LFS