Le tribunal judiciaire de Beja a acquitté aujourd’hui deux entrepreneurs agricoles pakistanais accusés de favoriser l’entrée et la permanence au Portugal d’immigrants pour les faire travailler illégalement dans les fermes de Beja.

Muhammad Ajmal, 58 ans, et Mohammad Khaqan, 34 ans, ont chacun été inculpés d’un délit d’aide à une association d’immigration clandestine, d’un délit d’aide à l’immigration illégale et d’un délit d’augmentation du travail illégal, ceci sous la forme réitérée dans le cas d’Ajmal.

L’acte d’accusation a présenté les cas de cinq travailleurs immigrés prétendument illégaux au Portugal – quatre Pakistanais et un Indien – qui auraient été victimes des activités criminelles présumées des accusés.

Le président du collectif qui a jugé l’affaire devant le tribunal judiciaire de Beja a déclaré aujourd’hui que, lors du procès, il n’avait pas été prouvé que les cinq travailleurs étaient illégaux au Portugal et que « les accusés avaient en quelque sorte promu cette [alegada] situation irrégulière ».

« Pour tout cela, je ne peux que conclure que les prévenus doivent être acquittés », a-t-il déclaré, dans la brève communication de la décision du collectif.

Selon le juge, lors du procès, il a été « effectivement » prouvé que les cinq travailleurs immigrés « ont travaillé à un moment donné » pour la société Stage Corajosa, à la gestion de laquelle les deux prévenus « ont participé d’une manière ou d’une autre ».

Il a également été prouvé que les cinq travailleurs immigrés « étaient inscrits à la Sécurité sociale, étant certain que, sinon tous, la quasi-totalité d’entre eux ont demandé la régularisation de leur statut documentaire, en délivrant les documents nécessaires à cet effet ».

S’adressant à l’agence de presse Lusa, l’avocate de la défense des deux prévenus et de la société Stage Corajosa, Áurea Dâmaso, a jugé la décision du collectif « juste », soulignant qu' »il n’y avait en fait aucune preuve » pour étayer l’accusation.

« Les travailleurs qui travaillaient effectivement pour cette entreprise étaient tous réguliers sur le territoire national, avec des contrats de travail dûment consignés par écrit, comme l’exige la loi, et étaient inscrits à la Sécurité sociale », a précisé l’avocat.

Dès lors, « il n’y a eu aucune aide à l’immigration clandestine et encore moins au travail illégal et, bien entendu, le tribunal n’a pu décider autrement que d’acquitter les prévenus », a souligné urea Dâmaso.

Muhammad Ajmal a été accusé des trois crimes en co-auteur avec un autre entrepreneur agricole pakistanais, Mahmood Tahir, 65 ans, qui se trouve dans un lieu inconnu et, par conséquent, a été déclaré brutal, et son cas a été séparé pour être jugé séparément.

LL // ROC