À Vila Nova de Famalicão, sa patrie, au début de la campagne des directes du 28 mai, Jorge Moreira da Silva a également déclaré que le PSD « a un problème de modernité », soulignant qu’il doit devenir un parti plus numérique, plus parité et « des militants mais aussi des électeurs ».

« Le PSD est fatigué, le pays est fatigué de voir le PSD dans des querelles systématiques, ces quatre dernières années. Je n’ai pas fait cette demande, je n’étais pas candidat, je n’étais pas proto-candidat, je n’ai soutenu ni l’un ni l’autre », a-t-il déclaré.

En ce sens, il s’est qualifié de « meilleur candidat pour unir le parti ».

« Et l’union est un élément décisif », a-t-il souligné.

Moreira da Silva a souligné l’engagement en faveur d’une croissance durable au Portugal et a « tiré les gallons » de son passé, déclarant qu’il a de l’expérience « dans la conception des politiques », dans la gestion des personnes et des ressources financières, dans la conduite des réformes et dans la capacité à produire des résultats. .

« Je me suis préparé pendant de nombreuses années pour ces rôles », a-t-il déclaré.

Pour le candidat, le PSD « n’a pas de problème d’identité, il a un problème de modernité ».

« Le monde a beaucoup changé, donc au cours de la dernière décennie, il a changé à un rythme effréné. Il faut donc revoir nos lignes programmatiques, et cela passe par une mise à jour de notre programme, sereinement, de manière ouverte et inclusive », a-t-il défendu.

Il dit aussi qu’il n’est pas dans cette course à la direction du PSD pour « faire monter le dossier d’une candidature à un moment plus opportun » ou pour « marquer une position » ou avoir de la visibilité.

« Je n’ai jamais eu à me tenir sur la pointe des pieds pour qu’on se souvienne plus tard », a-t-il déclaré.

Jorge Moreira da Silva a également ajouté qu’il parie sur une nouvelle façon d’opposer, notant que les Portugais sont « fatigués du discret ».

« Si je suis le leader du PSD, je serai une alternative, pas seulement l’opposition », a-t-il garanti, ajoutant qu’il entendait mobiliser « le meilleur » du parti et de la société civile pour un « gouvernement de l’ombre qui est au pouvoir ». en première ligne du contrôle du Gouvernement et dans la présentation de propositions alternatives ».

Tout, a-t-il conclu, « pour aider le pays à se remettre d’une profonde crise sociale, économique et environnementale ».

Les élections directes à la direction du PSD sont prévues pour le 28 mai, Jorge Moreira da Silva et Luís Montenegro étant les noms qui ont déjà avancé.

PCV//RBF

Contenu PSD : Jorge Moreira da Silva veut unir et moderniser le parti apparaît en premier dans Visão.