«Nous sommes dans cette position go-or-break. Soit on part du principe que le problème est grave et structurel et, au fond, on change nos vies soit on va attendre que le contexte s’améliore, que le pouvoir s’use pour qu’on puisse venir le recevoir », a déclaré le candidat. , qui s’exprimait lors d’une session de « Dialogues avec l’avenir », qui s’est déroulée en fin d’après-midi, à la Praça do Comércio, à Coimbra.

Pour Moreira da Silva, on ne peut répondre aux défis du pays sans s’occuper aussi du PSD, considérant que le parti fait face à un problème « structurel ».

« Ce n’est pas par hasard que nous sommes confrontés aux difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Nous avons un problème à résoudre, qui n’est pas une question d’identité, c’est une question de modernité », a-t-il affirmé.

Le candidat, rappelant que Francisco Pinto Balsemão, militant numéro un du parti, en est le représentant, a souligné que cette proposition de refondation du parti qu’il présente à ces élections « ne remet pas en cause les valeurs et les principes » du PSD.

« D’autres partis étaient dans la même situation que nous et ont fait ce que je propose de faire. Je ne propose rien qui relève de l’expérimentalisme. Les partis ont été refondés, ont changé leurs lignes programmatiques, se sont modernisés, ouverts et nous avons la responsabilité de le faire », a-t-il noté.

Ce besoin de changement, a-t-il souligné, est d’autant plus pressant compte tenu des grands changements de la dernière décennie, au cours desquels « le monde a plus changé que lors des décennies précédentes », que ce soit en raison de l’évolution technologique ou de l’exposition des pays aux chocs extérieurs.

« Nous devons assumer un objectif de changement de nos lignes programmatiques, car le monde a changé », a-t-il souligné, estimant vouloir rendre au PSD « l’esprit qu’il avait en tête ». [19]74, quand il était entreprenant, innovateur et audacieux ».

Moreira da Silva a défendu que le PSD devrait adopter une attitude de « qui ne tient rien pour acquis », déclarant également que le parti devrait ouvrir ses portes à la société.

« Je pense que le moment est venu d’ouvrir la porte, d’ouvrir les portes du PSD et de créer les conditions non seulement pour les militants, mais pour les électeurs non militants pour participer à notre vie interne », a-t-il déclaré.

Au cours de la séance, le candidat a entendu les questions du public et abordé divers sujets pendant deux heures.

Toujours lors de sa première intervention, il a estimé qu' »il y a des domaines où il y a trop d’Etat et d’autres où il y en a moins », estimant que dans les domaines de souveraineté, comme la sécurité et la défense, l’Etat « doit être plus présent ».

Le candidat a déclaré que dans le domaine économique, l’État devrait être plus petit et abandonner l’idée de « créer des champions nationaux par la force » et a estimé qu’il est important de rendre digne le rôle des fonctionnaires et de rendre l’administration publique attrayante pour les jeunes.

Après avoir entendu les questions du public, il a déclaré qu’une « limite à la taxe maximale » était nécessaire, mais a défendu la progressivité fiscale, rejetant la proposition d’un taux unique de l’IRS – des mesures défendues par l’Initiative libérale et le parti d’extrême droite Enough.

Les élections directes au PSD auront lieu le 28 mai, et le congrès du parti aura lieu du 1er au 3 juillet, à Porto.

JGA // RBF