Miguel Fragata et Inês Barahona, fondateurs de la compagnie théâtrale Formiga Atómica, première à LU.CA – Teatro Luís de Camões la pièce « O Estado do Mundo (quand tu te réveilles) », qui fera partie d’un diptyque de spectacles sur le crise climatique et la présence de l’homme sur la planète.

«Nous aurons un deuxième salon, qui ne devrait ouvrir qu’en 2024, avec des recherches plus approfondies et plus larges, avec plus de temps et avec plus de chances de rencontres, de relations avec les gens, à travers le pays. Ce sera plus grand et pour les adultes », a expliqué Miguel Fragata à l’agence Lusa.

« The State of the World (When You Wake Up) » est un monologue mettant en vedette l’acteur Edi Gaspar, qui sur scène est accompagné d’une sphère géante, semblable à une météorite, et d’un écran de projection, également rond.

C’est dans la sphère et autour d’elle que l’acteur utilise un attirail d’objets du quotidien, et une caméra argentique, pour tisser ensemble les histoires d’enfants dans différents territoires de la planète, tous profondément marqués par les conséquences de la pollution et des changements climatiques. .

D’un point de vue scénique, Miguel Fragata, qui signe la mise en scène, a voulu mettre en pratique la notion de dimension des catastrophes gigantesques – comme les inondations, les incendies et la déforestation, à petite échelle, à l’aide de décors miniatures, jouets et autres accessoires. .

« La clé pour se comprendre se trouve dans les histoires », dit Miguel Fragata, soulignant l’intention que les enfants soient invités et impliqués dans les décisions futures de la planète.

« La conscience est le gros problème », a-t-il déclaré.

A Lusa, le metteur en scène a également admis que le travail de recherche et le processus de création de cette pièce se transformaient au niveau personnel et dans l’existence même de la compagnie théâtrale, fondée avec Inês Barahona en 2014.

«Notre vie a vraiment changé, nous avons tous un peu été très impressionnés dans cette équipe, pas que nous ne connaissions pas ce problème. A partir du moment où nous sommes confrontés à la réalité et aux possibilités d’action, nous ne pouvons pas rester les mêmes, même dans notre vie quotidienne, et il y a une série de petites choses qui changent », a-t-il déclaré.

Au niveau individuel, Miguel Fragata et Inês Barahona ont changé leur mode de vie, leurs habitudes alimentaires, leurs habitudes de voyage et leur rapport à l’acte de consommer.

A Formiga Atómica, l’activité se déroulera toujours aussi « à la lumière de cette préoccupation » concernant l’impact de l’homme sur la planète : « Comment allons-nous mettre des spectacles en circulation, comment allons-nous faire des tournées, si nous sommes pas en mesure d’éviter complètement l’avion, comment trouver une alternative ou une compensation ».

« Nous voulons vraiment penser à ralentir, pas à faire moins, mais à faire plus intensément et profondément et qui rendent plus justice aux projets. Nous voulons consacrer les deux prochaines années à une recherche très approfondie qui s’appuie sur le contact avec le public et la collecte d’histoires », a déclaré Miguel Fragata.

« L’état du monde (quand vous vous réveillez) », qui, par hasard, sera présenté en première dans la semaine du Sommet sur le climat, à Glasgow, au Royaume-Uni, aura une saison à LU.CA jusqu’au 28 et aura ensuite des présentations le 8 et le 9 décembre à Cartaxo.

En janvier, il sera dans divers lieux du Minho et en mars, il aura une première version française au Théâtre de la Ville, à Paris.

Avant de passer au deuxième spectacle de ce diptyque dédié au climat et de mettre en pratique cette volonté de ralentir, la compagnie théâtrale présentera encore en mars au Teatro Municipal São Luiz, à Lisbonne, le spectacle « Má Educação – Peça em three rounds ”.

SS // MAG

Le contenu Miguel Fragata et Inês Barahona créent une pièce qui a changé leur vie apparaît pour la première fois à Visão.