Il s’agit du premier opéra original créé à Trás-os-Montes et Alto Douro et sa première est prévue le 17 décembre, au Teatro de Vila Real, dans le cadre des commémorations des 20 ans du patrimoine mondial du Douro par l’UNESCO, organisées par le Coordination et développement régional du Nord (CCDR-N).

« Mátria — Aqui na Terra » a un livret d’Eduarda Freitas et une musique du compositeur Fernando Lapa.

L’agence Lusa a accompagné l’une des répétitions lors d’une journée qui était également un test des costumes créés spécifiquement pour ce projet par Cláudia Ribeiro. Sur scène, des membres de la chorale communautaire, le directeur Ángel Fragua et l’un des solistes du spectacle, Mário João Alves, se sont joints à nous.

Carla Amaral a été la première à porter le costume et à monter sur scène. Elle est professeure de biologie à l’Université de Trás-os-Montes et Alto Douro (UTAD) et chante dans des chorales depuis 20 ans, ce qu’elle a qualifié de « passe-temps » qui aide à soulager le stress. Cette fois, le défi est plus grand et consiste à participer à un opéra.

« Je fais partie de la chorale communautaire qui accompagnera les personnages principaux. Nous représentons le monde vivant et non vivant qui entoure ce paysage du Douro, qui est le paysage de Miguel Torga », a-t-il déclaré à Lusa.

Les éléments du chœur sont, pour le metteur en scène, Ángel Fragua, le « personnage principal » du spectacle.

C’est le premier opéra qu’il mettra en scène et, par conséquent, il a dit que c’est aussi un « grand défi ». « J’apprends beaucoup de tout le monde, des solistes, du chœur et ce sera une expérience inhabituelle pour moi », a-t-il souligné.

L’une des difficultés, a-t-il souligné, est l’articulation entre tout le monde pour rejoindre les répétitions. « Et il y a deux choeurs différents – l’un de Porto, l’autre de la communauté ici à Vila Real -, ce qui rend un peu difficile de rassembler tout le monde », a-t-il déclaré.

Il y a 21 membres des choeurs, de la communauté et de Moços do Coro, plus sept solistes et environ 30 à 40 musiciens de l’Orchestre Mátria, dont le chef d’orchestre Jan Wierzba.

Ana Alexandra est la sœur de Carla Alves. Elle travaille comme technicienne supérieure à l’Institut pour l’emploi et la formation professionnelle (IEFP), aime le théâtre et la musique et, par conséquent, a déclaré qu’elle n’avait pas hésité à relever le défi de participer à un projet « extraordinaire », même s’il relève « de la famille ». , temps personnel » et de repos ».

Carla Santos donne des cours de chant et décrit le spectacle comme « créatif et différent, tandis que Cristina Fernandes, étudiante en économie à l’UTAD, a déclaré qu’elle se sentait à l’aise avec la scène, où elle grimpe pour une expérience « différente et enrichissante ».

« Le chœur donnera de la couleur, de la texture, de la saveur, il sentira, il donnera tout à l’opéra. C’est une scène vide, seulement avec des gens et ces gens seront tout ce que l’opéra racontera à travers les deux actes et 14 scènes », a expliqué Eduarda Freitas, mentor du projet et responsable d’Inquieta — Agência Criativa.

Cláudia Ribeiro a relevé le défi de créer « à partir de zéro » les costumes des différents personnages. Pour le chœur, une couverture a été créée dans des tons gris et crème, avec différentes textures et tissus, qui, avec les jeux de lumière, peuvent représenter des arbres, des montagnes, des rochers et des animaux.

« Les costumes sont tous des sculptures, très inspirés de Trás-os-Montes, ils sont un grand mélange de concepts, mais très scéniques et sculpturaux », a déclaré le créateur de costumes, qui a une carrière de 26 ans dans le théâtre et la télévision.

Le soliste Mário João Alves joue le rôle d’Abel intoxiqué qui meurt à la fin du premier acte, mais lance « des réflexions sur l’isolement et l’éloignement des choses du monde ».

C’est, pour le ténor et compositeur à la carrière internationale intense et au répertoire étendu, « une expérience particulière » qui « naît du désir de faire quelque chose à partir de zéro » et qui implique la communauté.

« J’étais très excité quand ils m’ont proposé et je pense que ce sera quelque chose que j’adorerai faire et qui m’aidera à grandir », a déclaré Madalena Tomé, étudiante à l’Université d’Aveiro et qui joue le personnage de Rodrigo en tant que enfant.

Le projet « Mátria » est né d’un défi d’auto-écriture de l’ancienne journaliste Eduarda Freitas qui a réuni dans un conte original plusieurs personnages de l’œuvre de Torga.

L’histoire commence dans un village de Trás-os-Montes où vit Rodrigo, un jeune homme fasciné par les histoires d’enchantement et qui croit qu’il y a un trésor caché dans le ventre de la colline où il emmène les moutons.

Le garçon devient un homme agité, se croise avec d’autres vies, chacune avec sa propre agitation, et c’est lorsque la vieillesse s’accroche à ses os que Rodrigo ressent l’appel à rentrer chez lui.

Après une première phase de création musicale, avec le soutien financier de l’UTAD, le projet était en « stand by » et arrive désormais sur scène après l’approbation d’un dossier déposé auprès de la Direction générale des arts (DGARTES).

PLI // JAP

Le contenu Mátria est un opéra qui se construit dans le Douro apparaît d’abord à Visão.