Marcelo Rebelo de Sousa s’adressait aux journalistes à Braga, à propos de la note de condoléances qu’il a publiée aujourd’hui, dans laquelle il affirme que le plus grand hommage que l’on puisse rendre au peintre est « d’assurer, par des interventions d’organismes publics et privés, qu’une partie de l’héritage de Paula Rego restera au Portugal ».

« Heureusement, ces derniers temps, la Fondation Gulbenkian a acheté peut-être les œuvres les plus importantes de Paula Rego. Cela a été fait même à la fin de sa vie, nous le savons aujourd’hui, à l’initiative de son fils, Nick, et grâce à la compréhension de la présidente de la Fondation Calouste Gulbenkian, le Dr Isabel Mota », a-t-il souligné.

Ensuite, le chef de l’Etat a défendu que « tout ce qui peut être fait, complétant ce que Gulbenkian a déjà fait, même par rapport à des oeuvres qui ne sont pas des plus emblématiques, pour avoir au Portugal à l’avenir le témoignage de ce qui fut une vie très riche ». et une projection dans le monde, doit se faire ».

Le président de la République a précisé qu' »une partie des oeuvres » de Paula Rego se trouvent, « pas définitivement, dans un musée qui est son musée à Cascais », la Casa das Histórias.

« À l’avenir, l’État et les entités privées qui peuvent, devraient apporter au Portugal ou conserver en permanence au Portugal le plus grand nombre d’œuvres de Paula Rego », a-t-il ajouté.

Marcelo Rebelo de Sousa a fait des déclarations aux médias à l’issue d’une visite à l’école secondaire Maximinos, à Braga, où il se trouve pour les célébrations de la Journée du Portugal, qui commencent officiellement jeudi matin.

Le programme de commémoration du 10 juin se poursuivra à Londres jusqu’au 12, avec la participation du président de la République et du Premier ministre, ainsi que de la communauté portugaise du Royaume-Uni.

Paula Rego est décédée aujourd’hui, à l’âge de 87 ans, à Londres, où elle vivait.

Le 28 janvier de cette année, la Fondation Calouste Gulbenkian a annoncé l’acquisition des œuvres de Paula Rego « O Anjo », de 1998, et « O Banho Turco », de 1960.

Selon un communiqué publié à l’époque, « avec cette incorporation, la Fondation Calouste Gulbenkian » a consolidé sa position internationale en tant qu’institution privée avec la plus grande et la plus importante collection de l’artiste, composée de 37 œuvres ».

Isabel Mota, quant à elle, a cessé ses fonctions de présidente de la Fondation Calouste Gulbenkian, poste actuellement occupé par António Feijó, depuis le 3 mai.

Maria Paula Figueiroa Rego, née à Lisbonne le 26 janvier 1935, dans une famille de tradition républicaine et libérale, a commencé à dessiner dès son plus jeune âge, talent reconnu par les professeurs de l’école St. Julian’s School, à Carcavelos, et part pour la capitale britannique à l’âge de 17 ans, étudier à la Slade School of Fine Art.

Elle reçoit une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian pour faire des recherches sur les contes pour enfants en 1975, et à Londres, elle rencontre son futur mari, l’artiste anglais Victor Willing, dont Paula Rego expose à plusieurs reprises à la Casa das Histórias, à Cascais.

Casa das Histórias, qui a ouvert ses portes à Cascais en 2009, un projet de l’architecte Eduardo Souto de Moura, avec une importante collection d’œuvres de l’auteur, a présenté des expositions de son travail et d’autres artistes, principalement portugais, avec lesquels le peintre avait des affinités.

Au cours des dernières décennies, Paula Rego a abordé des questions politiques, telles que l’abus de pouvoir, et des questions sociales, telles que l’avortement, entre autres, dans l’univers féminin. Son travail a été influencé par les contes populaires et la littérature, notamment l’écriture d’Eça de Queirós, qui l’a amenée à peindre des peintures inspirées de livres tels que « A Relíquia » et « O Primo Basílio ».

En 2010, elle a été ordonnée Dame officielle de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Isabelle II et a reçu, à Lisbonne, le prix de la personnalité portugaise de l’année décerné par l’Association de la presse étrangère au Portugal.

Pour encourager les jeunes à dessiner, le Prix Paula Rego a été créé en 2016, un prix annuel décerné aux étudiants de la Faculté des Beaux-Arts de Lisbonne.

Paula Rego a reçu, en 1995, l’insigne de Grand Officier de l’Ordre Militaire de Sant’Iago da Espada, en 2004 la Grand-Croix de l’Ordre Militaire de Sant’Iago da Espada, et en 2011 le doctorat ‘honoris causa’ par le de Lisbonne, un titre qu’il détient de plusieurs universités au Royaume-Uni, comme Oxford et Roehampton.

En 2019, elle a reçu la Médaille du Mérite Culturel du Ministère de la Culture.

Son travail est représenté dans de multiples collections publiques, tant au niveau national qu’international.

En novembre 2021, Galeria 111, qui représente l’artiste peintre au Portugal depuis le début de sa carrière, a également organisé une exposition en son honneur, et la « relation d’amitié et de complicité », intitulée « Saudades », avec 27 œuvres qui la revisitent. parcours artistique des années 1980 aux œuvres plus récentes depuis l’atelier du peintre à Londres.

IEL (AG) // JPS