«Les entreprises étaient des clients de bonne foi et ont fait confiance au programme et à la capacité professionnelle de ces sociétés d'audit et seront les premières à s'intéresser à l'élimination des irrégularités et continueront d'être des assistants, si de tels processus existent, pour assurer la défense de leurs droits face aux pratiques irrégulières présumées desdits auditeurs », lit-on dans le communiqué publié aujourd'hui par les avocats d'Isabel dos Santos.

Toujours selon les avocats, le rapport de la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) publié mercredi ne fait pas référence à des pratiques illégales des sociétés Isabel dos Santos, mais à "d'éventuelles irrégularités et illégalités pratiquées par les sociétés d'audit elles-mêmes".

La CMVM a publié mercredi les faits marquants de l'activité de surveillance des auditeurs dans le cycle 2019/2020, selon lesquels elle a institué 10 actions de surveillance auprès de 9 auditeurs (impliquant 27 entités auditées et 84 dossiers d'audit), à la suite de l'actualité publiée par le «Luanda Leaks» (impliquant des stratagèmes financiers présumés d'Isabel dos Santos).

Selon le document, les actions de contrôle «visaient à évaluer si les commissaires aux comptes remplissaient toutes leurs missions» en matière de «prévention et lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme» et «la conformité des travaux effectués aux normes professionnelles et aux dispositions légales et réglementaires applicables en matière de soldes et de transactions avec des parties liées ».

Dans le communiqué publié aujourd'hui, les avocats de la femme d'affaires Isabel dos Santos affirment que le rapport de la CMVM évalue les sociétés d'audit (ROC), considérant que «les sociétés de l'ingénieur Isabel dos Santos, en tant que clientes, n'ont rien à voir avec des irrégularités. que les sociétés d'audit peuvent avoir dans leur fonctionnement et qui peuvent apparaître dans ce rapport ».

"Les auditeurs sont des entités indépendantes et sont tenus de se conformer scrupuleusement à la loi dans le travail qu'ils effectuent, de sorte que l'existence éventuelle d'irrégularités dans le travail qu'ils effectuent mérite naturellement la préoccupation de leurs clients de peur d'avoir été lésés par de telles éventuelles pratiques irrégulières" , ils se réfèrent.

En janvier de cette année, le président de la CMVM avait déclaré aux journalistes que le régulateur des marchés financiers avait lancé des «actions de surveillance concrètes» dans le cadre du dossier intitulé «Luanda Leaks», qui détaillait les plans financiers de la femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos, compte tenu de la informations publiées par l'International Investigative Journalism Consortium (ICIJ) "d'une importance énorme pour la CMVM".

IM (JE) // PA

Le contenu de Luanda Leaks: Isabel dos Santos veut «clarifier toute irrégularité» des auditeurs apparaît en premier dans Visão.