Selon les statistiques mensuelles de la sécurité sociale d'août, publiées aujourd'hui, le nombre d'entreprises qui ont eu recours au licenciement traditionnel – qui est différent du régime simplifié créé pour atténuer les effets de la pandémie – est passé à 215 , après s'être stabilisée à 201 au cours des deux mois précédents.

Le même mois de 2019, la sécurité sociale a enregistré 30 entreprises en «licenciement».

Les données montrent que depuis mai, la barrière des deux cents entreprises en «  licenciement '' traditionnel a été surmontée, ce qui ne s'est pas produit depuis avril 2013.

Le nombre de travailleurs concernés par le licenciement du Code du travail est passé à 7 789 en août, soit plus que le double par rapport au mois précédent, alors que la Sécurité sociale affichait un record de 3 576 travailleurs dans cette situation.

Dans le cas des travailleurs licenciés, ces 7 789 correspondent au nombre le plus élevé de la longue série mise à disposition par la Sécurité sociale, qui remonte jusqu'en mars 2005. Ce n'est qu'en septembre 2009 qu'il existe un univers similaire, dans lequel il y avait 7 373 personnes. couvert.

La plupart des situations de licenciement enregistrées en août correspondent à une suspension temporaire des contrats de travail, les données faisant état de 5 329 travailleurs dans cette situation. Les 2 460 restants avaient réduit leurs heures de travail.

Depuis avril, le nombre de travailleurs mis à pied n'a cessé d'augmenter, bien que la plus forte augmentation soit survenue entre juillet et août, ce qui peut indiquer que les entreprises ont davantage recours au chiffre des off »prévu par le Code du travail, après avoir vu le régime simplifié prendre fin en juillet.

Il est rappelé que le «licenciement» prévu par le code du travail requiert plus de conditions et impose plus de restrictions d’accès que de «simplification».

En août, le licenciement simplifié a été remplacé par la mesure de soutien à la reprise progressive et par l'incitation financière extraordinaire à normaliser l'activité des entreprises (qui comprend un soutien équivalent à deux salaires minima par travailleur payé sur six mois ou un salaire minimum payé à la fois).

Selon les données publiées début septembre par la ministre du Travail, Ana Mendes Godinho, 22 mille entreprises avaient eu recours aux nouveaux instruments, avec 12.4 mille optant pour l'incitation financière extraordinaire pour la normalisation de l'activité commerciale comprenant deux salaires minima; 3,9 mille entreprises pour la modalité d'un salaire minimum payé une fois et six mille pour soutenir la reprise progressive.

LT // JNM

Le contenu du Code du travail relatif au licenciement des travailleurs double en août par rapport à juillet apparaît d'abord à Visão.