Les guides interprètes du Parc Archéologique de la Vallée de Côa (PACV) sont indispensables à la diffusion de l’art paléolithique sur le territoire, agissant comme médiateurs culturels, dans le plus grand sanctuaire d’art rupestre à ciel ouvert au monde, comme le souligne la Fondation.

26 ans après la création des PACV, aujourd’hui marqués, les guides-interprètes agissent comme des communicants qui portent au grand public le savoir des hommes et des femmes qui, il y a plus de 30 000 ans, ont gravé dans le schiste les représentations de leur monde. de la vallée du Côa, à travers la faune qu’ils connaissaient, laissant des traces de chevaux, d’aurochs, de chèvres de montagne et de cerfs.

« Les guides interprètes du PAVC ont un rôle fondamental, car, essentiellement, les connaissances que les visiteurs acquièrent au Coa sont transmises par ces professionnels. Le guide est une pièce fondamentale dans l’interprétation de l’art paléolithique de ce territoire », a expliqué à l’agence Lusa la présidente de la Fondation Côa Parque (FCP), Aida Carvalho.

Au quotidien, les neuf guides interprètes au service du FCP ont plus d’une tâche, tantôt ils sont chauffeurs de véhicules tout-terrain qui transportent des personnes vers des centres visitables, comme Canada do Inferno ou Ribeira de Piscos, tantôt ce sont de vrais connaisseurs de un territoire unique, toujours avec « des connaissances sur le bout de la langue » pour élucider les plus curieux, ou attirer l’attention sur les plus distraits, pour la préservation de ces sites qui sont Patrimoine de l’Humanité.

Aida Carvalho, qui était également guide interprète au début du PAVC, a déclaré que cela « a été une expérience merveilleuse ».

« Un guide est un conteur. C’est aussi quelqu’un qui gère un groupe de visiteurs dont l’âge peut aller de huit à 80 ans, dans un processus dans lequel il a plusieurs compétences et de nombreuses valences, étant une expérience remarquable et une leçon de vie », a conclu l’actuel responsable par le PCF.

Les guides du Côa ont une fonction multiple et considèrent leur métier comme unique au monde, de par la diversité des tâches.

L’une des premières guides interprètes du PAVC, Aldina Regalo, en service depuis 1996, a expliqué que tout a commencé comme une opportunité, et qu’au début c’était une découverte.

« Bien qu’il y ait le métier de guide, nous nous sommes lancés dans un métier unique au monde, car nous faisons exclusivement des visites guidées de la vallée du Côa et accompagnons les visiteurs tout au long des parcours, tout en conduisant le véhicule qui transporte le groupe », a-t-il déclaré.

En règle générale, chaque guide emmène un groupe de huit personnes, capacité maximale du véhicule 4×4, et effectue trois visites par jour, selon l’horaire.

« Au début de mon activité, ce qu’on m’a le plus demandé, c’est pourquoi la construction du barrage s’est arrêtée au détriment de l’art rupestre. Le projet était récent, ce qui a suscité la curiosité », a expliqué Aldina Regalo.

Pour le guide interprète, le patrimoine archéologique de la Vallée du Côa est bien supérieur à tout intérêt économique ou financier.

Les guides du Côa sont pratiquement une encyclopédie de la connaissance de l’Art du Côa, créant des liens entre les visiteurs et ces professionnels, qui peuvent rester toute une vie.

L’une des guides les plus récentes du PAVC, Marina Castanheira, qui a démarré son activité en 2019, a déclaré que tout avait commencé avec sa formation en histoire et la proximité de sa ville, Guarda.

« J’aime ce que je fais. Je suis passionné par la visite des centres rocheux de Côa. Non seulement pour être un guide interprète, mais pour pouvoir partager tout ce que nous avons ici avec les visiteurs qui viennent à nous tous les jours. Pour moi, cela finit par être un privilège, car nous travaillons avec un patrimoine unique au monde et qui appartient à l’Humanité et l’une des premières formes de communication pour notre espèce », a-t-il souligné.

Cependant, si c’est un métier passionnant, il a aussi son amertume.

Certains de ces professionnels aux multiples facettes sont en fin de contrat de travail et ne voient pas un avenir très brillant, après quelques années de dévouement à un patrimoine mondial qui est et de l’humanité.

Dans le PAVC, dans la dernière section de la rivière Côa, il y a plus de 80 sites d’art rupestre et environ 1 200 roches gravées, sur un territoire d’environ 200 kilomètres carrés, couvrant des zones des municipalités de Vila Nova de Foz Côa, Figueira de Castelo Rodrigo , Pinhel et Mêda, dans le district de Guarda.

Cet ensemble rocheux « extraordinaire », tel qu’interprété par les chercheurs, est distribué le long de deux axes fluviaux principaux : le fleuve Côa, dans une extension d’environ 30 kilomètres, et aussi le fleuve Douro, le long d’environ 15 kilomètres, de part et d’autre après l’embouchure. du Côa.

Suite à la reconnaissance de l’intérêt patrimonial et culturel de cet ensemble de trouvailles, le PAVC a été créé le 10 août 1996, avec pour mission de gérer, protéger, enquêter et montrer au public l’art rupestre.

Le soi-disant « Arte do Côa » a entre 25 000 et 30 000 ans et a été fait connaître par un groupe de guides, de techniciens, d’archéologues, entre autres ouvriers, pendant 26 ans.

FYP // MAG

Lusa/fin