« Le gros problème est que, de vendredi à aujourd’hui, la rivière coule avec un débit riverain et les bassins versants des agriculteurs sont incapables de puiser l’eau du Tage [para a rega] et ils ont des problèmes économiques », a déclaré Lusa Luís Damas, président de l’Association des agriculteurs d’Abrantes, Constância, Sardoal et Mação, dans le district de Santarém, qui a mis en garde contre le « besoin urgent d’eau dans les prochaines heures.

Comme l’a noté le responsable, « avec le manque d’eau ces derniers jours, nous aurons déjà des pertes de récoltes et, si cela continue, nous aurons des pertes totales, ce qui est très grave pour l’économie de la région, ainsi que pour l’ensemble du fleuve l’écologie et tout ce qui vit autour du fleuve ».

Il s’agit, a-t-il dit, d’environ mille hectares de terres fertiles sur les rives des communes d’Abrantes et de Constância, et où le manque d’eau affecte la production de maïs, de blé et de tournesol, et les cultures permanentes, comme les oliveraies. . , pommiers et amandiers.

« La situation est ponctuelle, mais elle n’est pas nouvelle », a déclaré Luís Damas, notant que les agriculteurs « dépendent de la bonne ou de la mauvaise volonté des Espagnols pour libérer l’eau » du barrage d’Alcântara.

En ce sens, le représentant des agriculteurs a défendu que « l’Espagne devrait libérer un flux journalier et non un flux hebdomadaire obligatoire », ayant mentionné que, avec l’accord en vigueur par la Convention d’Albufeira, les Espagnols « ont un flux hebdomadaire à libérer dans la rivière, mais un jour on peut tout lancer, c’est-à-dire qu’un jour on a beaucoup d’eau et d’autres jours l’eau est rare ».

Luís Damas fait valoir que la solution pourrait être un « accord entre les gouvernements des deux pays » afin d’assurer un « flux quotidien minimum » et, en même temps, du côté portugais, « que le gouvernement assure une solution pour notre territoire , avec des améliorations au barrage de Pracana ou à un autre réservoir sur la rivière Ocreza ».

Contacté par Lusa, le maire de la mairie d’Abrantes a déclaré que le problème « n’est pas nouveau » et que « depuis longtemps » il est « alerte au problème de l’irrégularité » du débit du Tage.

« Je mets en garde depuis longtemps sur cette question de la quantité et de l’irrégularité des débits de la rivière et des problèmes que cette situation entraîne, et je demanderai une nouvelle réunion avec le ministère de l’Environnement pour discuter de ce problème », a déclaré Manuel Jorge Valamatos.

Pour sa part, le président de la municipalité de Constância, Sérgio Oliveira, a déclaré que « c’est un problème qui dure depuis au moins deux ans ».

Le maire a déclaré à Lusa qu’il avait déjà exprimé à plusieurs reprises sa « préoccupation auprès de l’Agence portugaise de l’environnement (APA), afin de « trouver une solution aux problèmes de manque d’eau pour l’irrigation des terres agricoles, ainsi que d’autres préoccupations comme fuites dans le lit des rivières ».

MYF // MCL

Le contenu de Bas débits du Tage met en péril la production agricole à Abrantes et Constância apparaît d’abord à Visão.