1-1-e1669908198824-png
32693052_visao-verde-6478491-6731087-jpg

Les experts qui analyseront les grands incendies de cette année se réunissent aujourd’hui pour la première fois

Selon le MAI, la constitution de ce panel d’experts, qui réunit 30 personnalités issues de divers centres de recherche du pays, résulte « de la nécessité d’analyser la gravité et la complexité particulières de certains incendies cette année, qui ont nécessité une activation exceptionnelle de moyens de réponse. ».

« Malgré le taux de réussite de l’intervention lors de l’attaque initiale se situant à 90 % et le fait qu’environ 80 % des feux ruraux n’ont pas une superficie brûlée supérieure à un hectare, le fait que certains des événements aient eu une durée inhabituelle, ayant des impacts significatifs sur le patrimoine naturel et forestier, ainsi que sur les biens et les infrastructures, a conduit le Gouvernement à définir un modèle d’évaluation dont l’objectif principal est de tirer des leçons et de préparer les années à venir », indique le MAI.

L’analyse des principaux incendies de cette année est confiée à la sous-commission retours d’expérience de la Commission nationale de gestion intégrée des incendies ruraux, qui fait partie de la structure organisationnelle de l’Agence de gestion intégrée des incendies ruraux (AGIF), dirigée par Tiago Oliveira.

Selon le ministère supervisé par José Luís Carneiro, le panel d’experts contribuera au processus de retour d’expérience.

Tiago Oliveira a déclaré à Lusa que le sous-comité a déjà commencé à travailler, ayant choisi un ensemble d’incendies qui se déclarent cette année pour les analyser, observer les problèmes et optimiser les améliorations qui peuvent être introduites.

Le président de l’AGIF a déclaré que les experts donneront leurs contributions au sous-comité et que le rapport final présentera l’analyse faite par le groupe d’experts et le sous-comité qui opère au sein de l’AGIF depuis avril.

Les critères de fonctionnement de cette commission suivent les concepts créés par l’OTAN.

Le dernier rapport de l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF) indique que l’année 2022 présente, jusqu’au 31 août, la sixième valeur la plus élevée en nombre d’incendies et la quatrième valeur la plus élevée de superficie brûlée depuis 2012.

Selon l’ICNF, entre le 1er janvier et le 31 août, 9 701 incendies ruraux se sont produits, entraînant 106 639 hectares (ha) de superficie brûlée, entre les habitations (54 328 ha), la brousse (42 367 ha) et l’agriculture (9 944 ha).

Les données montrent que les années avec la superficie la plus brûlée au cours de la dernière décennie, jusqu’au 31 août, étaient 2017 (236 485 hectares), 2013 (130 393) et 2016 (128 515).

À leur tour, les années avec le plus grand nombre d’incendies ont été 2012 (19 071), 2013 (16 114), 2015 (16 034), 2017 (14 344) et 2016 (10 942).

Le plus grand incendie à ce jour est celui qui a commencé le 6 août dans la municipalité de Covilhã et qui a atteint la région de Serra da Estrela en 11 jours, ayant consommé 24 334 hectares de forêt, suivi de l’incendie dans la municipalité de Murça (Vila Real ) qui en juillet a causé 7 184 hectares de superficie brûlée.

CMP // HB

Articles récents