« Même avec cette croissance, au deuxième trimestre, nous serons encore entre 3,4% et 4,3% en dessous du PIB de la même période en 2019 », la tendance des informations actuellement disponibles et compte tenu du glissement annuel reste inchangée. , note l’ISEG.

Selon l’indicateur global de tendance de l’activité de l’ISEG, construit à partir des indicateurs sectoriels précédemment analysés, elle a fortement augmenté en mars et avril « avec la déconfiguration, la réouverture des activités et, surtout, en raison de l’effet de base de la comparaison d’une année sur l’autre. , puisque le deuxième trimestre 2020 a été le plus durement touché par le ralentissement de l’activité économique causé par les mesures sanitaires anti-covid ».

Les données déjà disponibles pour mai révèlent que ces tendances se seront poursuivies en mai et, naturellement, on s’attend à ce qu’elles se poursuivent en juin, dit-il.

En effet, explique-t-il, en mai la consommation d’énergie (corrigée de la température) a enregistré une variation annuelle d’environ 12% et, jusqu’au 30 mai, la valeur des paiements et retraits effectués dans le réseau SIBS a augmenté de plus de 30 % par rapport à la période homologue.

Ainsi, en raison de l’amélioration de la situation sanitaire et de l’effet de base, il ne s’agit pas d’une forte croissance du PIB en glissement annuel au deuxième trimestre 2021, mais plutôt à quel rythme la reprise se poursuivra par la suite, selon le évolution des différentes composantes de la demande, qui en ce deuxième trimestre sont également très marquées par l’effet de base, précise-t-il.

Du côté de la demande intérieure, une hausse substantielle de la consommation privée est attendue pour ce deuxième trimestre, qui a été contenue par la restriction de l’offre pendant le confinement et en raison de l’effet de base.

« Ce sera, à ce stade, l’élément de demande le plus dynamique, mais aussi la consommation et l’investissement publics devraient augmenter significativement en glissement annuel. Concernant la demande extérieure nette, sa contribution au PIB trimestriel semble plus incertaine, mais elle pourrait être positive », ajoute l’ISEG.

Il est également probable qu’avec la reprise de la demande intérieure, le solde négatif des biens s’accentue, mais le solde positif des services devrait également croître, même si la reprise touristique est faible.

Ainsi, indique-t-il, il est possible que le déficit global au deuxième trimestre soit inférieur à celui de la même période en 2020 et que la contribution de la demande extérieure nette soit positive.

ICO // EA

Lusa/Fin