L’augmentation du trafic de colis contraste avec les baisses observées dans le trafic de la correspondance, du courrier éditorial et du publipostage, qui ont connu des baisses de 4 %, 3 % et 5,2 %, respectivement, selon les données statistiques publiées par le régulateur du secteur.

« A la fin du 1er semestre, la correspondance représentait 74,7% du trafic postal, tandis que le courrier éditorial et le publipostage représentaient respectivement 7,4% et 6,4% », indique la même information.

Le poids des commandes dans le trafic total s’est établi à 11,6%, soit 2,7 points de pourcentage de plus qu’à la même période en 2020, et la valeur la plus élevée enregistrée à ce jour.

Anacom mentionne également qu’en termes de chiffre d’affaires, les commandes représentent désormais 41,6 %, soit 5,6 points de pourcentage de plus qu’à la même période de l’année précédente.

Les mêmes données montrent que les services postaux inclus dans le périmètre du service universel (US) représentaient environ 81,5% du trafic et 52,2% des revenus sur la période considérée, le trafic américain diminuant de 3,8% et son poids dans le trafic total diminuant de 2,3 points de pourcentage par rapport à la même période de l’année précédente.

Les revenus américains ont augmenté de 6,6 %, bien que leur poids dans le total ait diminué de 5,4 points de pourcentage.

Les données montrent, selon Anacom, la « contraction importante du trafic postal » provoquée par la pandémie de covid-19, avec la contraction en glissement annuel de 1,1% enregistrée au 1er semestre 2021 en raison du fait que la le plus grand impact a déjà été ressenti au premier semestre 2020 – lorsque le pays a fait face à son premier confinement général.

« Au cours de la période sous revue, l’impact estimé de la pandémie sur le trafic postal était de -9%. On estime que, si cela ne s’était pas produit, le trafic postal aurait diminué de 4,7% », détaille Anacom, signalant que, bien que les effets de la pandémie se fassent encore sentir, « avec l’élimination progressive des restrictions sur la circulation du trafic, le service postal semble avoir entamé un processus de reprise après le choc provoqué par la pandémie, qui devrait toutefois se confirmer dans les prochains trimestres ».

Les revenus générés par la prestation de services postaux s’élèvent à environ 345,2 millions d’euros, soit 17,8% de plus qu’à la même période de l’année précédente, il s’agit de la plus forte croissance depuis la collecte de ces données (2012).

Selon les données publiées aujourd’hui, «le revenu moyen par article a augmenté de 19,1% par rapport à la même période de l’année précédente, en raison, notamment, de l’augmentation des prix promue par CTT — Correios de Portugal (CTT) le 1er juin 2020 et l’augmentation du poids des commandes ».

A la fin du premier semestre, Grupo CTT détenait une part d’environ 85,5% du trafic postal, soit 1,1 point de pourcentage de moins qu’au 1er semestre 2020.

«En ce qui concerne le trafic couvert par les limites américaines, Grupo CTT détenait une part d’environ 90,1%, 0,5 point de pourcentage de moins qu’à la même période de l’année précédente. C’est la valeur la plus basse jamais enregistrée.

D’autre part, la part des commandes de Grupo CTT a atteint 49,9 %, soit 1,5 point de pourcentage de plus qu’à la même période de l’année précédente », déclare Anacom.

Au cours de la période sous revue, le nombre de bureaux de poste CTT a augmenté de 2,7% par rapport à la même période de l’année précédente, tandis que le nombre de bureaux de poste a diminué de 2,2%.

LT // EA

Contenu Le trafic Colis augmente de 28,9% au 1er semestre, la plus forte augmentation depuis 2013 – Anacom apparaît en premier à Visão.