Le Portugal a décidé d'expulser les 22 hommes marocains qui ont été arrêtés lundi après avoir été interceptés par la police maritime alors qu'ils tentaient de débarquer près de la plage de Vale do Lobo à Loulé. C'est un pêcheur local qui a repéré le bateau et alerté les autorités.

L'autorité nationale des frontières SEF a confirmé que les hommes, entendus cette semaine au tribunal de Loulé, seraient expulsés pour être entrés illégalement dans le pays.

Il semble que ce ne soit qu'une question de temps avant de leur ordonner de rentrer au Maroc, rapporte le tabloïd Correio da Manhã, ajoutant qu'aucun d'entre eux n'a demandé l'asile. Pour l'instant, ils resteront dans des abris temporaires (situés à Faro, Lisbonne et Porto) créés spécifiquement pour ces situations.

C’est la première fois que le Portugal adopte une position plus ferme en matière de contrôle de l’immigration illégale depuis que le premier des quatre bateaux remplis de migrants illégaux a commencé à arriver sur les côtes de l’Algarve en décembre.

Le changement a probablement été déclenché par le fait que la plupart des hommes qui sont arrivés au Portugal dans les deux premiers bateaux ont «disparu» et sont en partie incertains, mettant le Portugal «sous un très mauvais jour avec les partenaires européens», António Nunes, président de OSCOT (l'Observatoire de la sécurité, du crime organisé et du terrorisme) a admis plus tôt cette année, suggérant que les questions seraient traitées différemment afin d'éviter la répétition des mêmes erreurs.

Ce dernier groupe de migrants est arrivé sur un bateau de sept mètres après avoir prétendument passé trois jours en mer, après avoir quitté Al Jadida.

Ils ont déclaré aux autorités qu'ils visaient à atteindre la côte sud de l'Espagne ou du Portugal.

António Pina, président de l'association des municipalités d'Algarve (AMAL) et maire d'Olhão, a appelé à une position plus ferme des autorités et a défendu que les personnes qui arrivent illégalement dans le pays soient traitées en conséquence.

"Ces personnes ne sont pas des réfugiés", a-t-il déclaré à l'agence de presse Lusa. «Il n'y a pas de guerre en cours au Maroc comme en Syrie et en Libye.

«Ils essaient de profiter des circonstances qui affectent les personnes contraintes de fuir la violence et la guerre, mais ce n'est pas leur cas. Il s'agit d'une immigration illégale.

"Mais nous envoyons le message que ces incidents peuvent continuer de se produire", a-t-il dit, suggérant également que des organisations illégales pourraient être derrière ces individus.
Le ministre rejette la suggestion d'un «réseau de migration illégale».

Parallèlement, le ministre portugais de l’Administration intérieure a rejeté la «suggestion ridicule» selon laquelle un réseau de migration illégale serait impliqué.

Sa déclaration est intervenue après avoir été interrogée à ce sujet lors d'une récente réunion à la commission parlementaire pour les questions constitutionnelles, les droits, les libertés et les garanties.

«Nous parlons de quatre bateaux transportant un total de 48 personnes qui ont débarqué depuis décembre. Par rapport aux 7 500 migrants illégaux arrivés en Espagne depuis janvier, je ne peux que dire que cette déclaration est ridicule », a déclaré Eduardo Cabrita.

Le ministre a souligné les différences entre les réfugiés et les migrants illégaux, soulignant que le Portugal a des accords de migration légale en cours avec le Maroc, l'Inde et la Moldavie.

"Ce que nous voulons faire avec le Maroc, c'est ouvrir un mécanisme de migration légale et organisée", a-t-il dit.

michael.bruxo@algarveresident.com