Les demandes d’audition de Manuel Beja et Christine Ourmières-Widener ont été approuvées à l’unanimité par la commission de l’économie, des travaux publics, de l’aménagement et du logement.

Aux termes de la demande déposée le 19 par le PS pour l’audition du président et du président exécutif de la TAP, il est « de la plus grande convenance que l’Assemblée de la République puisse procéder à un suivi et à une analyse de la situation de l’entreprise ». plan de restructuration, afin de comprendre s’il y a des écarts et quels objectifs ont été atteints ainsi que les perspectives d’avenir ».

Soulignant que TAP « est une entreprise stratégique pour le Portugal » et « ses performances sont essentielles dans la poursuite des intérêts économiques et stratégiques du pays », les socialistes rappellent qu' »après les années difficiles de la pandémie qui ont eu de graves répercussions sur l’industrie aéronautique « , à travers le monde, le gouvernement portugais a réalisé d’importants investissements dans TAP afin de garantir la continuité de l’entreprise », investissements qui « ont été encadrés dans le plan de restructuration de la compagnie aérienne portugaise, approuvé en décembre 2021 par la direction générale pour la Compétition ».

La requête du PSD, présentée le 14, demandait une audition parlementaire en urgence par Christine Ourmières-Widener pour expliquer la situation économique et financière de l’entreprise et ses options d’itinéraire, notamment dans le nord du pays.

Dans le document, les sociaux-démocrates soulignent que le transporteur aérien « accumule des résultats négatifs depuis 2018, une situation qui s’est aggravée pendant la pandémie », et justifient la demande d’explications car le soutien à la TAP approuvé en 2021 à Bruxelles impliquait « une aide de l’Etat autorisé de 3,2 milliards d’euros », qu’ils considèrent comme « un poids très expressif dans la mobilisation des ressources publiques ».

En revanche, les députés PSD évoquent que la TAP a enregistré « une perte de près de 1 600 millions d’euros en 2021, ce qui équivaut à environ 4,3 millions d’euros par jour », que l’entreprise a été la principale bénéficiaire de l’aide au licenciement. ‘ confiée par l’Etat aux entreprises pendant la pandémie et, selon des informations récentes, « elle va embaucher 250 membres d’équipage pour répondre à l’augmentation de la demande attendue pour l’été, qu’elle avait précédemment écartée dans le cadre de la restructuration ».

« La compagnie a incompréhensiblement changé la priorité de ses itinéraires, à savoir depuis l’aéroport Francisco Sá Carneiro, à Porto, en éliminant certains des vols avec des pertes évidentes pour toute la région nord », critique le PSD, dans la demande signée par les députés Paulo Rios de Oliveira, António Topa Gomes et Marcia Passos.

Le PSD considère que, « la situation économique et financière de la TAP étant une question d’intérêt et de préoccupation naturelle pour tous les Portugais », « la comparution urgente » à la commission parlementaire du président du comité exécutif de la TAP est justifiée.

Selon la proposition de budget de l’État, le gouvernement maintient la prévision d’injecter jusqu’à 990 millions d’euros dans le TAP cette année.

La TAP a enregistré une perte de près de 1 600 millions d’euros l’an dernier, malgré l’augmentation du nombre de passagers transportés et des revenus par rapport à l’année précédente, selon la compagnie annoncée ce lundi.

Dans les informations transmises à la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM), le transporteur aérien national explique avoir enregistré des coûts non récurrents de 1.024,9 millions — par exemple, avec l’arrêt des opérations de maintenance au Brésil — qui ont eu un impact sur les résultats.

PD (SMA/JF/ALYN) // JNM