«Le film que j’apporte ici, et qui sera en avant-première, s’appelle ‘Cacheu Cuntum’ et est un film ‘mobile’, entièrement capturé par des appareils mobiles, et qui intercepte le discours d’un guide de musée, du Mémorial de l’esclavage, à Cacheu, et des images que j’ai capturées lors de mon séjour ici, en 2019, avec mon téléphone portable », a expliqué, dans une interview à l’agence Lusa, Welket Bungué.

Selon l’acteur portugais-guinéen, les images montrent ce qui peut être «une sorte de jeunesse prometteuse de culture guinéenne».

«Ce film apporte à l’écran, cherche à« frotter », quelle est la mémoire du passé de l’esclavage par rapport à ce que peut être la Guinée demain, en tenant compte des images que l’on voit, comment les gens interagissent les uns avec les autres. d’autres, comment cette lumière signifie-t-elle vitalité et, en même temps, comme moi, en tant que nouveau venu dans la ville, [a] Je perçois », a-t-il souligné.

Pour l’acteur, le film n’entend pas «simplement faire un constat» de la mémoire de l’esclavage, mais «déconstruire et, en même temps, rapporter, dénoncer, certaines figures qui faisaient partie de cette période et qui peuvent être associées à ce qu’était Cacheu», comme esclave commercial.

«Mais, d’un autre côté, je crois que lorsque nous voyons la jeunesse qui est représentée dans les autres images, les enfants, les familles, la dynamique de la ville de Bissau, nous pouvons éveiller une réflexion, une prise de conscience, sur ce qu’était cette période, mais, surtout, , ce que nous pouvons être », a-t-il dit.

Lors de la première édition du Bissau Film Meeting, qui a lieu vendredi, le public peut regarder quatre productions de Welket Bungué et deux autres films des réalisateurs Filipa César, «Regulado» et Vanessa Fernandes, «Tradição e Imagination» .

Welket Bungué a été distingué en novembre au Festival international du film de Stockholm, avec le Cheval de bronze, le prix du meilleur acteur principal pour sa performance dans le film «Berlin Alexanderpiatz», de Burhan Qurbani, une performance qui l’a mis en valeur au Festival du film en Berlin en 2020, et pour lequel il a également été nominé pour le prix du meilleur acteur à l’Académie allemande du cinéma en avril de l’année dernière.

En octobre, Bungué a ouvert la 7e Exposition internationale du cinéma anti-raciste (MICAR), à Porto, avec le court métrage «Eu não sou Pilatus» et, en août, a remporté le festival international d’art vidéo Fuso, avec «Metalheart », Que le jury a souligné pour sa« qualité poétique nettement brute ».

En septembre, Bungué a fait ses débuts à Lisbonne au Teatro do Bairro Alto, le projet «Mudança», développé avec la sociologue et députée Joacine Katar Moreira, sur les questions de préservation de la démocratie, l’intégrité de la santé publique et l’individualité, imposées par pandémie, dans une approche mettant en scène l’image de l’artiste Nú Barreto, la musique de Mû Mbana et des références aux habitants de l’archipel des Bijagos, en Guinée-Bissau.

Welket Bungué est né en Guinée-Bissau en 1988, a grandi au Portugal, où il est diplômé en théâtre, a également étudié au Brésil et a récemment déménagé à Berlin. Il est membre de l’Académie du cinéma portugais et de l’Académie allemande.

Il travaille dans la représentation depuis plus d’une décennie. Il a participé à des séries télévisées telles que «Equador», «Morangos comçúcar» et «Os sons do rock», et est entré dans des films tels que «Joaquim», du Brésilien Marcelo Gomes, et dans des productions portugaises «Cartas da Guerra», d’Ivo Ferreira et «Quatrième Division», par Joaquim Leitão.

Il est également l’auteur et réalisateur de plusieurs courts métrages, parmi lesquels «Courez que vous pouvez, dansez qui peut le prendre», «Arriaga! et «Ex Exploiter Expropriator».

Le Bissau Film Meeting est organisé conjointement par la société de production KalmaSoul Guinée-Bissau et le Centre Culturel Brésilien, à Bissau.

Pour cette année, Welket Bungué a prévu le montage d’un documentaire de fiction, intitulé «Bissalanca», un autre qui parlera d’emprisonnement et de libération et, bientôt, il retournera en Europe pour commencer le tournage d’un long métrage belge.

MSE / MB // MAG

Le contenu Le nouveau film de Welket Bungué traverse la mémoire de l’esclavage et l’avenir de la Guinée-Bissau apparaît d’abord à Visão.