Les chanteurs de fado Cuca Roseta, Katia Guerreiro et Gonçalo Salgueiro ont participé aux galas des célébrations du centenaire de la naissance d’Amália Rodrigues, en octobre, dans les Colisées de Lisbonne et de Porto, a annoncé aujourd’hui la Fondation Amália Rodrigues (FAR).

Les galas auront lieu le 4 octobre, au Coliseu do Porto et, le 9, au Coliseu dos Recreios, à Lisbonne, les fadistas étant accompagnés par les musiciens Pedro de Castro, à la guitare portugaise, André Ramos, sur le alto et Jaime Santos, à la basse.

La distribution comprend également Lúcia Moniz, qui récitera des poèmes d’Amália Rodrigues (1920-1999). D’autres artistes seront annoncés « prochainement », selon FAR.

Le président de la Fondation, Vicente Rodrigues, a déclaré à l’agence Lusa que les prix traditionnels Amália Rodrigues ne reviennent pas «cette année», et a souligné que le choix des acteurs pour les galas «était indépendant», sous la responsabilité du producteur Vibes & Beats, avec conseiller du poète Maria de Lourdes Carvalho, conseiller FAR.

Vicente Rodrigues a déclaré que « d’autres initiatives sont prévues » par les FAR jusqu’à la fin de l’année, qui n’a pas encore progressé.

Le fonctionnaire, qui dirige l’institution depuis environ un an, a déclaré qu’il vivait «un moment de paix sociale», ayant résolu, d’un commun accord entre les parties, le différend avec Casa do Artista, auquel Amália avait stipulé, par volonté, la livraison de 15% des bénéfices.

Le responsable a souligné que la Fondation avait subi une perte de 487 179 euros, au cours des 19 dernières années d’exercice.

Cependant, Vicente Rodrigues a mentionné certaines initiatives, avant son administration, menées par les FAR, à savoir l’installation et l’équipement respectif d’un centre médical et d’un autre centre de soins infirmiers, à S. Teotónio, dans la municipalité d’Odemira, l’un des souhaits de la chanteur de fado consigné dans votre testament.

Concernant la Casa do Artista, sans avancer de montants, Vicente Rodrigues a déclaré qu’un accord avait été conclu entre les deux parties, extrajudiciaire, «la situation étant surmontée».

Interrogé sur «le besoin [de a Fundação] s’ouvrir à la société, construire des ponts [e] interagissant avec l’art, la culture et le fado « à la hauteur de la » figure emblématique qu’était Amália « , comme il l’a mentionné à Lusa en avril de l’année dernière, le responsable a déclaré que le programme télévisé » Em Casa d’Amália « , coordonné par José Gonçalez, «a ouvert la fondation au débat public» et a ajouté que «d’autres initiatives verront le jour», faisant référence à «la collaboration avec le musée du Fado».

Les FAR procèdent à un inventaire de tous les actifs d’Amália sous sa garde, tant documentaires qu’artistiques, et prévoit d’ouvrir les archives à la consultation du public, par le biais des médias numériques.

La collection des FAR comprend plusieurs œuvres d’art, notamment des portraits du chanteur de fado par Maluda, Eduardo Malta et Luís Pinto-Coelho, en plus d’œuvres d’art décoratives et d’une documentation variée, des horaires à la correspondance et des photographies de l’artiste.

FAR possède comme maison-musée l’ancienne résidence d’Amália, à Lisbonne, et sa propriété d’été à Brejão, à Odemira, dans le quartier de Beja.

NL // MAG

Le contenu Gala Amália a lieu en octobre dans les colisées de Porto et Lisbonne apparaît d’abord à Visão.