Aujourd'hui (lundi), la première "manifestation des sans-abri" de Lisbonne – une décision historique qui vient du désespoir du nombre croissant de personnes réduites à vivre dans la rue.

Un jour où la focalisation des médias nationaux est partagée entre la réouverture définitive des centres commerciaux de la capitale et le changement de ministre des Finances, la radio TSF a rendu compte de l'appel à la reconnaissance et à la dignité des sans-abri de Lisbonne.

Ils ne veulent plus être invisibles, dit la station – citant l'histoire d'António Santos, un ancien petit boulot qui s'est retrouvé sans emploi / domicile / perspectives il y a cinq ans et qui dort dans le centre-ville, près de depuis la Banque du Portugal.

L’idée de la manifestation est venue d’une «nuit de conversation» avec une amie sans-abri Jacinto.

La paire a remarqué «beaucoup de nouveaux visages» dans la rue depuis que Covid-19 a détourné l'économie du pays. Ces personnes, comme les deux vétérans de la rue, sont sans aucune sorte de bouée de sauvetage pour récupérer leur «quotidien» brisé.

«Ils se sentent rejetés», explique la journaliste Cristina Lai Men. «Les institutions, le conseil, le président, le gouvernement – aucun d'entre eux n'apporte de soutien».

En effet, António rappelle la promesse faite par Marcelo pré-Covid de sortir les sans-abri de la rue. Depuis lors, rien n'a changé.

«Nous sommes invisibles. Mais nous devons sortir de l'obscurité », explique-t-il à TSF. «Nous voulons voir la lumière au bout du tunnel».

Il a aussi une solution. Il y a «beaucoup de maisons vides à Lisbonne» dans des états d'abandon délabrés. Pourquoi ne peuvent-ils pas être utilisés pour reloger les sans-abri?

António explique que lorsque vous n'avez pas de maison, personne ne vous proposera un emploi. Si vous arrivez au point où vous êtes envoyé pour un entretien d'embauche, à la minute où vous vous apprêtez à vivre dans la rue, «l'entretien est terminé».

Personne ne veut atteindre ce dilemme, poursuit TSF – et c'est pourquoi, pour la première fois, les sans-abri se lèvent pour se rassembler.

Jusqu'à 1500 sont attendus aujourd'hui, pour la manifestation qui se déroule devant le Parlement.

L'événement devrait se dérouler jusqu'à 18 h.

Au moment de la rédaction de ce rapport, les chaînes de télévision diffusaient les causeries habituelles sur la façon de broder un plumeau ou d'enseigner à un chat comment faire de la salsa. Les chaînes d'information se concentraient sur l'investiture du ministre des Finances João Leão.

natasha.donn@algarveresident.com