« Depuis le début de 2022, le taux de variation annuel de l’IPC a montré une accélération significative, la valeur la plus élevée depuis mars 1993 ayant été enregistrée en avril », a souligné l’Institut national de la statistique (INE), précisant qu’« en avril, ce taux a augmenté de 1,9 point de pourcentage par rapport à mars, la plus grande différence entre deux mois consécutifs depuis janvier 1985, lorsqu’il y avait eu une augmentation de 2,8 points de pourcentage (de 21,3 % en décembre 1984 à 24,1 % en janvier 1985 ) ».

Les classes qui ont présenté les plus fortes évolutions sur les 12 derniers mois en avril étaient celles de ‘alimentation et boissons non alcoolisées’, ‘logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles’, ‘accessoires de la maison, équipement ménager et entretien courant logement’. , « transports », « communications », « loisirs, récréation et culture », « restaurants et hôtels » et « biens et services divers ».

Selon l’INE, « le poids de ces huit classes dépasse les 80% », les valeurs d’avril 2022 étant « les plus élevées depuis le milieu des années 1990 du siècle dernier pour la plupart des classes, bien qu’avec un profil quelque peu différent ». , notamment dans la classe « éducation », en raison des augmentations des frais de scolarité qui ont eu lieu au cours de cette décennie ».

À un niveau plus désagrégé, compte tenu de la contribution de certains des agrégats les plus pertinents au taux de variation annuel de l’IPC, « en avril, les ‘produits alimentaires non transformés’, les ‘produits alimentaires transformés’, ‘l’électricité et gaz naturel » et « services d’hébergement » (variations annuelles de 9,4 %, 8,3 %, 15,2 % et 30,7 %, respectivement) ».

‘Fuel’ a présenté « la contribution la plus importante en avril », avec une variation sur un an de 12,5 % correspondant à une contribution de 1,5 point de pourcentage).

Par rapport à avril 2021, l’INE note que « tous les agrégats mentionnés présentent une contribution plus élevée, en mettant l’accent sur les ‘produits alimentaires non transformés’, les ‘produits alimentaires transformés’ et les ‘combustibles’ (augmentations de 1,2, 1,1 et 0,9 points de pourcentage, respectivement).

Selon l’institut statistique, les « produits alimentaires non transformés », les « produits alimentaires transformés », l' »électricité et le gaz naturel », les « services d’hébergement », les « restaurants, cafés et établissements assimilés » et les « carburants » ont contribué pour 4,9 points de pourcentage à l’augmentation du taux de variation annuel de l’IPC depuis avril 2021 (mois où il s’élevait à 0,6 %) ».

En avril 2022, ces agrégats, dont le poids relatif conjoint dans l’indice est de 37,3 %, ont contribué pour plus de 70 % au taux de variation annuel de l’IPC (5,1 points de pourcentage).

PD // CSJ

Le contenu La hausse de l’inflation entre mars et avril est la plus élevée depuis 37 ans apparaît en premier dans Vision.