1-1-e1669908198824-png
38957729_wm-8433880-1253793-jpg

La Cour de l’Union européenne clôt l’affaire sur la nomination du procureur européen

Le journal Observador a rapporté aujourd’hui que la CJUE avait rejeté l’appel du procureur Ana Carla Almeida, suite à la décision de la première instance européenne qui avait rejeté la plainte sur la base d’une question préalable concernant les délais dans lesquels elle aurait pu être présentée.

La défense de la magistrate a allégué que les délais ont commencé à partir du moment où elle a été notifiée par la lettre du gouvernement portugais indiquant qu’elle n’avait pas été choisie pour le poste de procureur européen, mais la CJUE, de la même manière que ce qui s’était passé avec la décision du général Cour de l’Union européenne, a compris que la période commence avec la publication de la nomination du procureur José Guerra au Journal officiel de l’Union européenne.

A Lusa, la procureure Ana Carla Almeida a seulement confirmé qu’elle avait été notifiée vendredi en fin de journée de la décision qui met fin à la procédure judiciaire, ne voulant faire aucun commentaire à ce sujet.

La décision laisse de côté l’argument qui a motivé la plainte, dans lequel le procureur portugais alléguait une ingérence illégitime de l’État portugais dans le choix de José Guerra comme procureur européen.

Le magistrat portugais José Guerra a été nommé par le gouvernement après avoir d’abord été sélectionné par le Conseil supérieur du ministère public, mais après qu’un comité européen d’experts a considéré Ana Carla Almeida comme la meilleure candidate pour le poste.

Depuis lors, le gouvernement est au centre d’une polémique, principalement pour avoir transmis des données erronées dans une note au Conseil de l’Union européenne jointe au curriculum de José Guerra, bien que la structure ait corroboré la position de l’exécutif portugais selon laquelle le  » « déchéances » liées à la proposition de nommer le magistrat au poste de procureur européen n’ont pas interféré avec la décision relative à sa nomination.

En juin, dans une interview accordée à Lusa à propos de la première année de fonctionnement du Parquet européen, le procureur européen José Guerra a admis avoir vécu une « période terriblement difficile » avec la polémique autour de sa nomination au Parquet européen, mais garantit qu’il n’est jamais resté « affaibli ni conditionné » dans le poste.

Le procureur a regretté à l’époque que son nom ait été traîné entre les derniers mois de 2020 et le début de 2021 pour « une discussion qui a toujours été placée au niveau politique ».

Estimant qu’il était « évident » que son nom ait été utilisé comme arme politique et que l’expérience était « profondément désagréable » sur le plan personnel, le procureur européen a catégoriquement rejeté que sa réputation ait été ternie par une polémique dont il s’estimait inconscient. .

Le magistrat portugais José Guerra a été nommé le 27 juillet 2020 procureur national européen au Parquet européen, organe indépendant compétent pour enquêter, engager des poursuites pénales et poursuivre et l’accompagner dans l’enquête et le procès contre les auteurs d’infractions pénales préjudiciable aux intérêts financiers de l’Union (par exemple, fraude, corruption ou fraude transfrontalière à la TVA supérieure à 10 millions d’euros).

L’organisme qui fonctionne comme un ministère public indépendant et hautement spécialisé a commencé ses activités le 1er juin 2021.

IMA/JGO // JMR

Articles récents