La nouvelle œuvre, créée en mai de cette année à Bruxelles, est basée sur le dialogue entre cette figure mythologique et l’œuvre du peintre capverdien Alex Silva (1974-2019).

« Le mythe de Pandore est probablement né pour répondre aux questions les plus anciennes de l’humanité : pourquoi les gens tombent-ils malades et meurent-ils ? Pourquoi les mauvaises choses arrivent-elles ? Bien que Pandore ait été méprisée pour avoir introduit le mal dans le monde, elle a également apporté la fertilité, car la naissance et la mort n’existaient pas tant qu’elles n’étaient pas sorties de la boîte.

Dans le spectacle, le personnage qui donne le titre à la création, entouré d’œuvres d’art, de savoir, d’histoire et de civilisation, doit entrer dans la boîte mythologique et relever une série de défis pour en sortir.

« Idiot » – qui faisait également partie du festival Wiener FestWochen à Vienne, en Autriche – continuera sa tournée la semaine prochaine jusqu’en octobre de cette année.

Des spectacles sont prévus à Barcelone (Espagne), les 8 et 9 juillet, dans le cadre du Festival Grec, à Mindelo (Cap-Vert), du 28 au 30 juillet, au Centre national d’art, d’artisanat et de design (CNAD) et à Paris (France), du 26 au 19 octobre, dans le cadre du Festival d’Automne, selon la production.

Marlene Monteiro Freitas, 42 ans, a été distinguée en 2021 par un Chanel Next Award, décerné par la marque de mode pour encourager les artistes aux idées visionnaires, et en 2018 elle a remporté le Lion d’argent à la Biennale de Venise dédiée à la danse.

Le chorégraphe et danseur a été distingué en 2017 par le gouvernement du Cap-Vert et, plus récemment, avec le prix du meilleur spectacle international des Barcelona Performing Arts Critics Awards.

Née au Cap-Vert, où elle a co-fondé le groupe de danse Compass, elle est co-fondatrice de P.OR.K, une structure de production basée à Lisbonne. Marlene Monteiro Freitas a concentré son travail sur les questions de métamorphose, de déformation, d’émotions et questionnant les frontières de «l’esthétiquement correct».

Son œuvre, qui mêle parfois drame et comédie, et saluée par la critique internationale pour son expressivité et sa créativité, a déjà été présentée, outre le Portugal, aux États-Unis, au Canada, en Israël, en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Corée du Sud. .Sud.

Marlene Monteiro Freitas a étudié la danse à PARTS, à Bruxelles, à l’Escola Superior de Dança et à la Fundação Calouste Gulbenkian, à Lisbonne, et a travaillé avec Emmanuelle Huynn, Loïc Touzé, Tânia Carvalho, Boris Charmatz, Clara Andermatt, entre autres chorégraphes portugais et étrangers.

SA // TDI