« Nous visons un effectif d’environ 2 800 soldats pendant l’opération, une moyenne d’environ 700 soldats par jour, entre le 19 et le 22 mai », a déclaré aujourd’hui, au commandement territorial de Porto, lors d’une conférence de presse, le lieutenant-colonel João Fonseca , responsable de la division communication et relations publiques de la GNR.

Malgré les tests à partir de jeudi dans plusieurs districts du centre et du nord du pays, notamment Coimbra, Viseu, Aveiro, Porto, Braga et Vila Real, l’opération de garde commencera mercredi, selon le responsable, et impliquera les respectifs commandements territoriaux.

João Fonseca a également expliqué que l’opération dans le « plus grand événement sportif national » aura plusieurs aspects de la GNR, compte tenu du « nombre très élevé de spectateurs attendus », portugais et espagnols.

Les valences seront territoriale, de transit et d’intervention, et les commandements territoriaux d’arrondissement seront renforcés par d’autres unités, « à savoir l’unité d’intervention, dans le domaine de l’ordre public, ainsi que l’unité nationale de transit ».

Le major Francisco Martins, de l’unité de relations publiques de GNR do Porto, a laissé un avertissement concret à la population concernant les voitures électriques hybrides, une nouveauté au Rallye de Portugal en 2022.

« En cas d’accident de la route avec une voiture hybride, ce qui sera cette année une nouveauté au Rallye du Portugal, n’ayez pas la tendance ou l’attitude d’aller déplacer la voiture ou d’essayer d’intervenir sur ces voitures » , a-t-il prévenu.

Selon le major GNR, « l’idéal est de ne toucher aucune voiture qui a un accident, surtout si la voiture reste sur la section, en tenant compte du fait qu’à l’exception de la dernière voiture, plus de voitures passeront ensuite », avec le danger de l’accident prend des proportions plus importantes.

En raison du courant électrique à haute tension des nouveaux véhicules en course, en cas d’accident, les dangers sont accrus.

Horácio Rodrigues, directeur du rallye, a rappelé qu’il existe des informations « dans les zones d’exposition, dans les espaces publics », sur la façon dont les gens « devraient et ne devraient pas procéder par rapport aux voitures hybrides », avertissant qu’elles ne peuvent « être dangereuses que dans le toucher ».

Ainsi, il ne peut plus y avoir « que le volontarisme d’un accident en R1 [carro híbrido] le remettre sur la bonne voie ».

« On peut tenir là, c’est dangereux », a-t-il prévenu, précisant que les voitures sont identifiées par des feux : si c’est vert, on peut y toucher, mais si c’est rouge, « on ne peut pas toucher la voiture ».

Les autorités et l’organisation ont également lancé les appels d’usage au public pour qu’il collabore aux mesures de sécurité, à savoir circonscrire les zones de spectacle, se rendre aux qualifications à l’avance et respecter les restrictions de circulation.

« Nous anticipons l’existence de températures élevées pour les jours de compétition, il est donc important qu’ils fassent attention à tous les comportements qui pourraient provoquer des incendies », et, en plus du danger de la situation, d’annuler les étapes, a déclaré Francisco Martins .

Le major a également appelé au respect de l’environnement, à la prudence sur le parking concernant la prévention du vol et la prévention de la consommation excessive d’alcool, en particulier pour ceux qui conduiront après la fin de la course.

La 55e édition du Rallye du Portugal a une distance totale de 1 535,35 kilomètres, dont 343,3 sont chronométrés, sur un total de 22 étapes.

JE // JAP