"Nous avons décidé d'appeler cet événement pour revendiquer une réponse à la crise qui jetterait les bases d'un nouveau type d'économie, une économie qui place les personnes au premier plan et non les profits des entreprises", a déclaré l'agence Lusa Daniel Carapau, l'un des organisateurs du action de protestation et leader de l'Association pour combattre la précarité – Precarious Inflexibles.

Avec un défilé dans les rues de Lisbonne, de la Praça José Fontana au Rossio, dans le respect des règles sanitaires, du port du masque à la distance sociale, la manifestation a réuni une quarantaine de collectifs associés à différents types de combats, à savoir le climat, le logement, le travail, la lutte contre le racisme et le féminisme.

«Les réponses du gouvernement sont, pour le moment, très insuffisantes, dès le début du soutien social. Le gouvernement dit qu'il garantira que les gens auront un revenu, au moins au seuil de pauvreté, et qu'il n'est pas encore garanti que cela se produira », a déclaré le chef de l'Association de lutte contre la précarité – Precarious Inflexibles, se déclarant préoccupé par le licenciements et avertissement que «le chômage augmente déjà très rapidement, en particulier pour les travailleurs précaires».

Même avec le pays dans un état de calamité en raison de l'évolution de la pandémie de covid-19, Daniel Carapau a souligné que «les gens doivent montrer qu'une réponse beaucoup plus efficace du gouvernement est nécessaire, donc le moyen le plus efficace de le faire. est de sortir dans la rue et de montrer son mécontentement ».

Parmi les banderoles érigées lors du défilé dans les rues de Lisbonne, on pouvait lire "sauver le futur, mettre fin à la précarité", "être ici est un acte politique", "survivre n'est pas une utopie", "vos profits, nos droits", «La violence policière tue» et «la résistance féministe».

Même l'utilisation du masque par tous les participants n'a pas fait taire la manifestation, où des slogans ont été entendus: «nouvelle normalité, justice sociale», «notre secousse est la révolution», «changez le système, pas le climat», «alarme social, nous n'économiserons plus le capital "," parce que cette crise appartient au patron, nous voulons de l'argent pour le climat et le logement ".

Sur les quelque 150 participants à la manifestation, la présence de jeunes s'est démarquée, notamment dans la lutte pour l'action climatique.

"La crise climatique ne s'est pas arrêtée et il est important de se rappeler qu'elle ne s'arrête pas, même si on arrête d'y penser", a déclaré à Lusa João Didelet, 21 ans, étudiant en droit à l'Université de Lisbonne.

Concernant les réponses du Gouvernement à la crise pandémique, le jeune homme a estimé qu'il était «insensible à toutes les circonstances et à la situation de chacun», expliquant que les solutions trouvées placent tous les citoyens «sur un pied d'égalité, sur un pied d'égalité». , dans lequel tout le monde a la même possibilité d'adhérer, mais «ce n'est tout simplement pas vrai».

«Par conséquent, je ne sais pas si je peux dire qu'ils sont insuffisants, mais je dirais qu'ils ne sont pas conçus pour tout le monde, du moins globalement pour tout le monde», conclut João Didelet.

Du groupe des militants étudiants de la grève climatique, Bianca Castro, 19 ans, étudiante en physique à l'Université de Lisbonne, a déclaré qu'elle ne doutait pas que les réponses du gouvernement soient "insuffisantes".

«Nous avons besoin d'un gouvernement qui réponde non seulement à cette crise pandémique, mais aussi à la crise climatique, à la crise économique et à la crise sociale, qui sont tous interconnectés», a affirmé Bianca Castro, défendant cela, afin qu'ils continuent à être entendus, « le combat doit, en effet, continuer à se dérouler dans la rue, en respectant évidemment toutes les règles de sécurité ».

«Nous sommes ici pour sauver l'avenir, c'est-à-dire pour une économie qui a la vie au centre et non le profit au centre, ce que nous avons en ce moment, tout est question de profit et non de personnes et nous avons besoin une économie et une société qui répondent vraiment aux besoins des gens », a déclaré la jeune femme, protestant pour la défense de l'accès aux biens et services essentiels, à savoir la nourriture, la santé et le logement.

Outre la préoccupation pour l'avenir, Bianca Castro a déclaré que le combat est déjà pour le présent, car ce qu'il faut, c'est «sauver la vie».

SSM // ANP

Le contenu Environ 150 personnes manifestent à Lisbonne avec un appel au gouvernement pour «sauver l'avenir» apparaît d'abord à Visão.