*** Alexandra Noronha, de l'agence Lusa ***

Le président exécutif de Ryanair a déclaré aujourd'hui, lors d'un entretien téléphonique avec Lusa, que la compagnie aérienne «évalue l'opération au Portugal», notamment en termes de coûts, affirmant qu'elle entend conserver le plus d'emplois possible.

«Nous devons réduire nos coûts de main-d'œuvre à court terme, mais pas de manière déraisonnable. Nous devons couper de temps en temps et rétablir le paiement, pour essayer de garder les emplois autant que possible », a déclaré Eddie Wilson.

Le président de Ryanair a l'intention de conclure un accord à cet égard avec les travailleurs portugais, a-t-il déclaré.

«Nous avons un syndicat très bruyant, qui n'a pas réussi à trouver un accord avec Ryanair et qui semble passer tout son temps avec les médias plutôt qu'avec l'entreprise et je trouve cela dommage, d'autant plus que nous avons pu conclure des accords dans la plupart des autres. Pays européens », a-t-il assuré.

Il a également indiqué que le groupe «procède actuellement à une évaluation des coûts de personnel et d'aéroports et de la situation de quarantaine au Portugal, pour décider quels seront les chiffres du trafic (qu'il entend atteindre)».

Eddie Wilson a également soutenu que l'entreprise était «un grand contributeur à l'économie portugaise», fonctionnant «toute l'année» et soutenant le tourisme et l'emploi.

Le 21 août, le directeur des ressources humaines de Ryanair a déclaré, dans un entretien avec Lusa, qu'il y avait «une réelle perspective de coupures sauvages au Portugal» pendant la saison hivernale en termes de capacité et d'avions, en raison de la pandémie de covid-19. .

"Nous sommes confrontés à une période très incertaine, et il y a une très réelle perspective de coupures sauvages au Portugal cet hiver sur toutes nos bases, en termes de capacité et en termes d'avions", a déclaré le directeur des ressources humaines de Ryanair, Darrell Hughes, dans un entretien téléphonique avec Lusa.

Invité à donner des détails et des chiffres, le chef de la compagnie aérienne irlandaise à bas prix a déclaré qu '"il y a la possibilité de coupures sauvages n'importe où" dans les opérations de la compagnie en Europe, faisant référence à l'annonce déjà faite que la compagnie couperait 20 % de votre temps prévu pour septembre et octobre.

Darrell Hughes a rappelé que la compagnie a un accord avec les pilotes "pour garder les personnes employées, ce qui leur donne au moins une certaine protection", mais a précisé que "ce n'est pas en mode recrutement", mais "en mode survie et reconstruction" ».

Le directeur de Ryanair a également déclaré que, comme l'entreprise l'avait déjà dit à Lusa, il ne prévoyait pas «d'utiliser du personnel Crewlink en hiver», en référence à l'entreprise de travail temporaire qui opère depuis plus de 10 ans au Portugal et qui a pour seule Ryanair.

ALYN (JE) // MSF