L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a détérioré les prévisions de consommation mondiale de pétrole en 2020 et 2021 dans un environnement d'incertitude croissante quant aux effets d'une deuxième vague de la pandémie sur l'économie mondiale.

La consommation de pétrole baissera de 9,5 millions de barils par jour cette année – soit 9,5% – par rapport à 2019, soit 400000 barils de plus par jour qu'il y a à peine un mois, portant la consommation quotidienne totale à 90, 2 millions de barils par jour.

Ces calculs se trouvent dans le rapport sur le marché pétrolier que l'OPEP publie mensuellement et qui recueille les données d'août.

Le mois dernier, l'OPEP a déjà réduit ses prévisions de consommation de 100 000 barils par jour. Ainsi, au cours des deux derniers mois, l'organisation basée à Vienne a aggravé ses prévisions de consommation de pétrole d'un demi-million de barils par jour.

Pour 2021, la demande mondiale prévue a également été réduite d'environ 400000 barils et une croissance de 6,6 millions de barils par jour est attendue, avec une consommation mondiale de 96,9 millions de barils par jour.

«Outre les aspects liés au covid-19, il existe encore de nombreuses incertitudes, notamment des niveaux d'endettement élevés, l'inflation, les risques géopolitiques, les défis liés au commerce, ainsi que la possibilité d'un 'Brexit' difficile», résume l'OPEP.

La demande de pétrole des 13 membres du groupe est également considérablement révisée à partir des données d'août.

Ainsi, la demande de pétrole brut de l'OPEP en 2020 est revue à la baisse de 0,7 million de barils par jour à 22,6 millions de barils par jour, soit environ moins de 6,7 millions de barils par jour qu'en 2019, indique le rapport.

Bien que l'OPEP ait réduit sa demande de pétrole de 1,1 million de barils par jour pour 2021, une forte reprise est attendue qui augmentera la demande de l'organisation en pétrole brut à 28,2 millions de barils par jour, plus environ 5,5 millions de barils par jour que cette année.

Cette hausse de la demande est en ligne avec une baisse de la prévision économique mondiale d'un dixième, passant d'une contraction de 4% à 4,1%.

«La Chine devrait être la seule grande économie à afficher une croissance positive cette année, même si la reprise aux États-Unis et dans la zone euro semble gagner du terrain. Cette dynamique devrait se poursuivre jusqu'en 2021, date à laquelle la croissance mondiale devrait atteindre 4,7% », indique le rapport.

Les prix du pétrole sont de nouveau tombés à des niveaux inférieurs à 40 dollars après que l'augmentation des contagions du covid-19 dans les principales économies a fait douter d'une reprise durable.

La pandémie a frappé la demande de pétrole en raison du ralentissement économique mondial, avec des restrictions sur la circulation, le télétravail et la réduction des déplacements entraînant une baisse de la consommation d'énergie.

MC // JNM

Covid-19: le contenu de l'OPEP aggrave les prévisions de consommation de pétrole en raison d'une possible 2e vague apparaissant en premier à Visão.