Le "Guide" pour les établissements thermaux, publié sur le site Web de la DGS, restreint l'admission aux utilisateurs "sans symptômes" d'infection par le nouveau coronavirus et "sans contact étroit avec des cas suspects ou confirmés", selon un "dépistage préalable" pas en personne avec un maximum de 72 heures »avant la consultation ou le traitement.

Assurer une «ventilation adéquate de tous les espaces», renforcer le nettoyage et la désinfection des installations, retirer les magasins ou autres objets des salles d'attente pouvant être manipulés par plusieurs personnes et réduire le nombre de spécialistes du spa pour que «dans toutes les activités, la distance physique d'au moins deux mètres est maximisée »sont d'autres déterminations du DGS.

"Seuls les thermistes à faible risque (sans symptômes et sans contact étroit avec un cas suspect ou confirmé) seront acceptés pour la consultation et / ou le traitement thermique", prévient la DGS.

Lors de l'exécution du traitement thermique, «l'utilisation d'un masque est obligatoire».

Celui-ci "doit être utilisé dans tout l'espace thermique, y compris dans la salle d'attente ou de réception", et ne peut être retiré "que lorsque l'utilisateur est au bureau de consultation et pendant les soins thermaux, si nécessaire".

"La vérification de l'un des symptômes évocateurs de covid-19 implique la suspension du traitement", ajoute-t-il.

Le document suggère l'organisation "d'horaires et de circuits pour éviter les croisements entre personnes", prévenant que la distance physique doit exister "dans chaque espace commun", à savoir "salles d'attente, salles de repos et vestiaires".

Lorsque cela «n'est pas possible», des mesures alternatives doivent être mises en œuvre pour protéger les travailleurs et les travailleurs des centres thermaux, tels que, par exemple, l'utilisation de panneaux de séparation en verre ou en acrylique et l'utilisation d'équipements de protection individuelle (EPI) ».

La ventilation naturelle doit être privilégiée et «le nombre de renouvellements d'air par heure et l'apport d'air extérieur le plus important possible, que ce soit par ventilation naturelle ou mécanique», doivent être augmentés.

Il est également nécessaire de «garantir la ventilation / aération des salles de traitement, pendant au moins une heure à la fin de chaque période de traitement / opération».

La circulation dans les zones de traitement "doit s'effectuer à l'aide de couvre-chaussures ou de chaussons à usage unique et exclusif" et "les textiles utilisés dans les traitements (draps, serviettes et peignoirs, etc.) sont fournis par l'établissement".

«Les consommables / dispositifs médicaux jetables à usage unique après usage et les déchets restants produits doivent être stockés dans des conteneurs à déchets qui ne sont pas ouverts manuellement. Ils doivent être collectés à la fin de chaque cycle de traitement et transportés dans un sac scellé, ne dépassant jamais un tiers de sa capacité. Il ne faut jamais marcher dessus, ni serrer le sac pour laisser sortir l'air », décrit DGS.

Lorsqu'un cas suspect est identifié, il «doit être envoyé dans la zone d'isolement, en utilisant les circuits définis dans le plan d'urgence».

S'il existe un cas confirmé, «le nettoyage et la désinfection de la zone« d'isolement »doivent être assurés, renforçant le nettoyage et la désinfection des surfaces fréquemment manipulées et les plus utilisées par le patient», avec «une attention particulière aux lieux où il a circulé / est resté» .

Le document, qui vise à réglementer la réouverture des établissements thermaux, rappelle que "tous ont pris l'initiative de suspendre l'activité au cours de la deuxième semaine de mars 2020" comme "une mesure d'adhésion à la stratégie généralisée d'expulsion sociale pour lutter contre la pandémie".

Le Portugal compte au moins 1 512 décès associés à la covid-19 dans 36 463 cas d'infection confirmés, selon le dernier bulletin DGS.

ACG // MSF