Les casinos portugais envisagent 2021 avec pessimisme, après une baisse historique de près de 50% des revenus en 2020, compte tenu de la nouvelle période de fermeture et du changement des habitudes des habitués des autres offres de jeux.

«Concernant l’année qui ne fait que commencer, nous ne pouvons pas la regarder avec optimisme. La pandémie est loin d’être maîtrisée, un nouveau confinement est prévu, d’autres périodes de fermeture ne sont pas à exclure tout au long de l’année, et il est prévisible que les restrictions sur les heures de fonctionnement se poursuivront, avec de nouvelles diminutions de la fréquence et une érosion continue des revenus », fait valoir l’Association portugaise des casinos.

Selon l’association, «il faut ajouter qu’une maîtrise de la pandémie, même si elle se produisait, aurait des effets très lents à rétablir la fréquence des casinos physiques, compte tenu du changement d’habitudes des habitués qui se produit inévitablement».

C’est que, explique-t-il, si les casinos physiques «faisaient déjà face à une concurrence de plus en plus agressive, soit du côté du jeu de casino en ligne, soit les jeux physiques et en ligne de Santa Casa da Misericórdia de Lisboa (avec un accent sur le Placard, Raspadinha et Euromilhões) », dans un environnement pandémique« cette compétition s’est intensifiée ».

En effet, les casinos physiques ont été fermés «presque 30% de l’année», mais aussi parce que «même avec eux ouverts, de nombreux clients, pour des raisons sanitaires, ont commencé à préférer les offres de jeu qui n’impliquent pas leur présence en public».

Selon l’association, toute cette situation a déjà conduit à une «baisse brutale» de la moitié des revenus des casinos nationaux l’an dernier, ce qui (compte tenu des revenus provenant de l’exploitation de machines automatiques et de jeux bancaires, comme le poker ou la roulette) se termine par une baisse de 49,9% par rapport à 2019, pour un total proche de 157,9 millions d’euros, contre 315,2 millions en 2019.

«Les caractéristiques des fermes de casinos physiques ont profondément changé en 2020, à la suite de la pandémie de covid-19. Les déclarations successives d’état d’urgence et de calamité ont conduit à la fermeture totale des casinos pendant plus de deux mois et demi, du 14 mars au début juin, et son fonctionnement à partir de ce mois a été interrompu par de nouvelles obligations de clôture en certains jours », se souvient-il.

Et même après son ouverture au public, depuis juin, l’association note que les casinos fonctionnent «dans des périodes quotidiennes moins rentables, avec une fermeture obligatoire qui a déjà eu lieu à 20h00, étant actuellement à 22h00, lorsque auparavant, l’opération quotidienne se déroulait jusqu’à 03h00, les heures les plus rentables ayant lieu après 23h00 ».

En outre, l’offre de jeux « a également dû diminuer sensiblement, afin de créer les conditions permettant de maintenir la distance physique entre les clients et ainsi de remplir les conditions pour maintenir les casinos ouverts au public ».

Sur les 11 casinos existants au Portugal pour lesquels l’association dispose de données (elle manque d’informations concernant le Casino de S.Miguel, aux Açores), ceux de Lisbonne et d’Estoril sont ceux qui ont enregistré la plus forte baisse de revenus bruts en 2020: Casino de Lisboa, qui mène le volume de jeux dans le pays, avec une part de 24,3%, a clôturé l’année avec une baisse de 54,6% par rapport à 2019, à 38,4 millions d’euros, tandis que le casino Estoril a réalisé un chiffre d’affaires de près de 30 millions d’euros, moins 52,2%.

Dans le «  classement  » des plus grandes chutes suit le Casino da Praia da Rocha, à Portimão, Algarve (-50,5%, pour cinq millions d’euros), le Casino da Póvoa de Varzim (-48,8%, pour 23,2 millions d’euros), Espinho (-47,2%, à 25,8 millions d’euros), Monte Gordo (-45,6%, à 3,2 millions d’euros) et Madère (-45,4%, à 5,1 millions d’euros).

Le Casino da Figueira da Foz a vu ses bénéfices baisser de près de 45%, avec un chiffre d’affaires d’un peu plus de 9 millions d’euros, suivi du Casino de Chaves (-44,7%, à près de 4,5 millions d’euros), Vilamoura (-44,6%, à 10,7 millions d’euros) et Troia, qui a enregistré la plus faible baisse (-31,2%, à 2,8 millions d’euros).

Compte tenu du total des trois casinos de l’Algarve, exploités par le groupe Solverde, la baisse des revenus s’est élevée à près de 46,5%, avec un chiffre d’affaires passant de 35,4 millions d’euros en 2019 à moins de 19 millions d’euros en 2020.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 1 979 596 décès résultant de plus de 92,3 millions de cas d’infection dans le monde, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 8 236 personnes sont décédées des 507 108 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PD // EA

Le contenu Covid-19: Les casinos portugais pessimistes cette année après une baisse de 50% en 2020 apparaissent en premier à Visão.