Après cinq mois de fermeture de Fernando de Noronha pour le tourisme, en raison de la pandémie de coronavirus, le gouvernement de l'État de Pernambuco a annoncé la semaine dernière la réouverture progressive aux visiteurs, à partir du 1er septembre.

«En raison du risque d'une nouvelle vague de contagion dans l'archipel, la reprise du secteur se fera par étapes. Dans un premier temps, seules les personnes ayant déjà contracté le covid-19 pourront débarquer dans l'archipel », a indiqué la ville dans un communiqué.

Le touriste devra prouver qu'il a déjà contracté et guéri la maladie au moment du paiement de la taxe de préservation de l'environnement (TPA), obligatoire dans la région, dans un processus totalement «en ligne».

«Le paiement doit être effectué dans les 72 heures avant le départ. Attaché au paiement, le touriste doit envoyer le résultat de l'examen confirmant qu'il avait déjà le covid-19. Deux types de résultats seront acceptés: des IgG positives (sérologiques) (…) moins de 90 jours avant la date d'expédition et une RT-PCR positive (examen du nez et de la gorge), plus de 20 jours avant la date d'expédition. Les tests rapides ne seront pas acceptés », a précisé le gouvernement de l'Etat.

Fernando de Noronha a été fermé aux visiteurs le 21 mars et, à partir du 5 avril, les résidents qui se trouvaient sur le continent n'ont pas non plus pu entrer dans l'archipel, dont le retour n'était autorisé qu'à la mi-juin.

Selon les données des autorités locales, Noronha a jusqu'à présent totalisé 93 cas du nouveau coronavirus. Des mesures directes de lutte contre le covid-19 ont permis à l'archipel de contrôler la maladie.

«Nous commençons à détendre la réouverture touristique de Fernando de Noronha, toujours avec responsabilité, prudence et sans hâte. Suivre des protocoles qui maintiennent en toute sécurité la santé de la communauté norvégienne et des habitants de Pernambuco qui y vivent. La hâte est l'ennemi de la vie. (…) Les prochaines étapes seront étudiées afin que nous puissions donner plus de bonnes nouvelles à la population de l'île et au tourisme à Noronha », a déclaré l'administrateur de Fernando de Noronha, Guilherme Rocha.

«Noronha est une réussite du point de vue du contrôle du covid-19. Il n'y a pas eu de transmission communautaire sur l'île depuis longtemps. Et nous devons donc le maintenir », a déclaré le secrétaire à la Santé de l'État de Pernambuco, André Longo.

L'archipel de Fernando de Noronha appartenant à l'État brésilien de Pernambuco est formé de 21 îles, couvrant 26 kilomètres carrés, dont la plus grande, également appelée «Fernando de Noronha», est la seule île habitée.

Le reste se trouve dans la zone du parc marin national et est inhabité, et ne peut être visité qu'avec une licence officielle de l'Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA).

En 2001, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a reconnu Fernando de Noronha comme patrimoine naturel de l'humanité, en raison de son importance pour la vie marine.

Tout au long de 2019, Fernando de Noronha a reçu 106130 touristes, selon les données des autorités locales. Cependant, l'augmentation des flux touristiques inquiète les biologistes, qui craignent que la préservation de l'environnement de la région ne soit mise en danger.

Le Brésil compte un total de 120 828 décès et 3 862 311 cas d'infection par le nouveau coronavirus, étant le deuxième pays au monde avec le plus grand nombre d'infectés et de tués, juste derrière les États-Unis d'Amérique.

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 847 071 morts et infecté plus de 25,2 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

MYMM // EA