Le Directeur général de la santé a annoncé aujourd'hui qu'une nouvelle directive sera bientôt publiée recommandant l'utilisation d'un masque dans les espaces publics très fréquentés, chaque fois qu'il n'est pas possible d'assurer la distance physique.

"Très brièvement, et après avoir consulté les experts nationaux et internationaux, une orientation sortira que lorsque les personnes, à l'étranger, ne sont pas en mesure de garantir la distance physique recommandée pour elles-mêmes ou pour les autres, elles doivent porter un masque", a-t-il déclaré. Graça Freitas.

Lors de la conférence de presse habituelle sur la pandémie de covid-19, il a été demandé à Graça Freitas si les autorités sanitaires auraient changé d'avis concernant le port obligatoire du masque à l'étranger, à l'approche de la saison automne / hiver.

Le directeur général a cependant refusé de considérer qu'il s'agirait d'un changement d'opinion, mais plutôt d'une «posture évolutive basée sur ce qu'est l'évaluation des risques».

«À l'extérieur, porter des masques aura du sens si nous nous rendons dans des endroits où nous ne pouvons garantir que nous sommes loin des autres. Différente est une situation à l'extérieur dans le champ, dans le jardin, parfois lorsque d'autres personnes ne marchent pas », a-t-il expliqué.

Pour ces situations, dans lesquelles la distance est facilement assurée, la recommandation sera la même et la direction générale de la santé (DGS) continue de considérer que l'utilisation d'un masque n'est pas nécessaire.

"S'ils sont à l'étranger, mais éloignés des autres, nous ne ferons pas cette recommandation, car les gens sont libres de l'utiliser à tout moment, parce qu'ils se sentent mieux, pour pouvoir le faire", at-il ajouté.

Actuellement, le masque n'est obligatoire que dans les espaces intérieurs fermés, tels que les établissements commerciaux, les services ou les écoles, et les transports en commun.

Lors de la même conférence de presse, la DGS et le ministère de la Santé ont également été interrogés sur la possibilité de mettre en place un confinement partiel au Portugal, similaire à ce qui se passe actuellement à Madrid, s'il est confirmé que le pays entre effectivement dans une deuxième vague de la pandémie.

Cependant, selon le secrétaire d'État adjoint à la Santé, António Lacerda Sales, ce n'est pas une option.

«Aujourd'hui, nous en savons plus sur la maladie, aujourd'hui nous sommes mieux préparés à y répondre et, par conséquent, le confinement partiel ou général est une réponse de santé publique que nous ne voulons certainement pas déclencher à nouveau», at-il souligné.

Aujourd'hui, le Portugal dénombre huit décès supplémentaires liés à la covid-19 et 623 nouveaux cas d'infection, selon le bulletin épidémiologique de la direction générale de la santé (DGS).

Depuis le début de la pandémie, le Portugal a enregistré 1 920 décès et 69 200 cas d’infection.

MYCA // ZO