Le président de l’Association des bars et discothèques de la Movida do Porto (ABDMP) a déclaré aujourd’hui que les nouvelles mesures de lutte contre le covid-19 ont provoqué « une baisse de la clientèle et du chiffre d’affaires supérieur à 60%, atteignant 90% dans certains cas ».

Selon les nouvelles restrictions, en date du 30 novembre, l’accès aux bars et clubs et autres débits de boissons non-spectacles et salles de danse est subordonné à la présentation par les clients d’un « certificat covid de l’Union européenne (UE)) sous forme de test. ou certificat de récupération » ou « autre preuve de la performance des tests de laboratoire avec un résultat négatif ».

« Dans ces premiers jours, et je parle ici de la réalité de la ville et du centre-ville de Porto, dans la trentaine d’établissements, à l’une ou l’autre exception, la plupart avaient une baisse de clientèle et de chiffre d’affaires supérieur à 60%, et il y avait même des maisons avec des pertes de 90% au cours de ce week-end », a déclaré Miguel Camões.

S’adressant à Lusa, le président de l’ABDMP a évoqué que le secteur vit dans la ville de Porto « une situation très compliquée », soulignant que « certains envisagent déjà de fermer leurs maisons car, en fait, ils étaient samedi soir avec des maisons pratiquement vides ». .

« Cela est dû au fait que, d’une part, certains clients, dans une tranche d’âge plus âgée, ne sont pas disposés à faire un test alors qu’ils sont déjà vaccinés, et certains même avec la troisième dose, pour se déplacer dans un espace pour prendre un verre et, d’autre part, ceux qui veulent passer un test ont une énorme difficulté car ils manquent de pharmacies, ou ils ne peuvent pas prendre rendez-vous ou parce que les files d’attente sont énormes dans certains postes de test », a-t-il souligné dehors.

Selon lui, « c’est une condition de plus que le gouvernement a faite à l’activité ».

« Cela ne nous a pas fermés, mais au final, cela nous a en quelque sorte fermé la porte, avec d’importantes pertes de facturation dans un secteur qui a traversé une épreuve de 20 mois et quand il essayait, en ce moment, de se redresser, c’est revu dans cette situation difficile », a-t-il déclaré.

Miguel Camões appelle donc le gouvernement à fournir des tests et, « surtout, à aller de l’avant avec le soutien au secteur ».

«En fait, cela a emporté l’un des meilleurs mois de l’année, à savoir décembre. Les perspectives sont sombres pour l’ensemble du secteur. C’est presque comme un retour à la période où nous étions fermés car nous avons des maisons complètement vides ou avec 90 % de casse », a-t-il souligné.

Le responsable a ajouté que « le secteur est à nouveau dans une situation très compliquée et avec l’absence de soutien du gouvernement, les ‘licenciements’ et la baisse de la facturation, ce sera difficile. Il y en a qui ont survécu pendant près de 20 mois, mais peut-être que cette fois ils ne le supportent pas et vont devoir fermer définitivement leur entreprise ».

Dans la déclaration à Lusa, Miguel Camões a déclaré qu’il y avait eu « une rupture brutale » entre le week-end précédent et celui-ci.

« Et chaque semaine, nous avons des maisons dans la ville de Porto avec zéro client. Nous anticipons un mois de décembre très sombre, le gouvernement doit comprendre que lorsqu’il impose des restrictions à l’exercice de l’activité économique, il doit automatiquement mettre des soutiens sur la table », a-t-il déclaré.

Dimanche, la Direction générale de la santé (DGS) a précisé à Lusa que la directive qui définit les règles applicables aux bars et clubs ne prévoit que l’utilisation obligatoire de masques par les travailleurs respectifs, mais « recommande l’utilisation d’un masque communautaire certifié ou masque chirurgical dans la communauté, dans tous les espaces intérieurs, dans la mesure du possible (à savoir, dans ce cas, lorsque les utilisateurs respectifs ne dansent pas ou ne boivent pas) ».

L’exigence d’un certificat de test ou de récupération ou d’une autre preuve d’un test de laboratoire avec un résultat négatif ne s’applique pas aux « travailleurs des espaces ou des établissements ainsi qu’à tous les fournisseurs ou prestataires de services qui permettent le fonctionnement de ceux-ci, sauf si tel est le cas requis par d’autres normes ».

L’entrée des bars avec espaces de danse et clubs, qui ont ouvert le 1er octobre après avoir fermé pendant environ 19 mois en raison de la pandémie, était jusqu’à présent limitée à la présentation du certificat numérique, qui pouvait être lié à la vaccination, la récupération ou la réalisation de test négatif. .

Au Portugal, depuis mars 2020, 18 537 personnes sont décédées et 1 166 787 cas d’infection ont été enregistrés, selon les données de la DGS.

PM (EO/LT/FAC/RCP)// JAP

Covid-19 : Les bars et discothèques à Porto avec des pauses entre 60% et 90% en raison de nouvelles restrictions apparaissent en premier à Visão.