Le projet de loi BE propose de réduire le nombre d'élèves par classe au cours de l'année scolaire 2020/2021, dans l'enseignement préscolaire, de base et secondaire, à condition que «le nombre d'élèves par classe correspondra à un minimum de 15 et un maximum 20 ”.

La semaine dernière, en prévision de l'agence de Lusa à propos de ce débat, le député de BE, Joana Mortágua, a ensuite accusé le ministre de l'Éducation, Tiago Brandão Rodrigues, d'avoir gardé le silence sur le projet de retour aux écoles l'année prochaine et donc de quitter le pays «en attente», critiquant l’absence de réponses du budget supplémentaire.

S'adressant à l'agence de Lusa, la députée de BE, Joana Mortágua, a expliqué que le parti avait prévu cette initiative pour avertir de la nécessité de se préparer pour la rentrée prochaine car "il est essentiel que les enfants retournent à l'école".

«La priorité du Bloco de Esquerda est de penser dans quelles conditions les enfants peuvent retourner à l'école en toute sécurité. En toute sécurité pour leurs familles, pour les enseignants, pour les employés. et le seul moyen est de réduire les groupes », a-t-il dit, considérant que« le Portugal a encore de très grandes classes ».

Selon Joana Mortágua, «les écoles ne sont pas toutes prêtes à partager et à avoir des classes plus petites», une préparation qui «prendra un certain temps et c'est l'été».

La dimension exacte, pour les bloqueurs, doit être définie par les Groupements d'Écoles et les Écoles Non-Groupées «afin de garantir les conditions de sécurité et la distance physique nécessaires pour contenir la covid-19».

«Le nombre d’élèves et de classes par enseignant, les critères de répartition des classes et d’ouverture des cours optionnels et des cours de l’enseignement secondaire seront adaptés, par voie de négociation syndicale, aux conditions créées par la stratégie de maîtrise des convictions. 19 ”, propose en outre.

Mardi, lors de la session de lancement du programme de désamiantage des établissements d'enseignement, à Odivelas, le ministre de l'Éducation a indiqué que le gouvernement avait prévu que la prochaine année scolaire commencerait entre le 14 et le 17 septembre, considérant que ce calendrier donnera du temps de préparation à la communauté éducative.

Dans la même initiative, Tiago Brandão Rodrigues a également affirmé que les cinq premières semaines de la prochaine année scolaire devraient être consacrées à la «récupération et consolidation de l'apprentissage» par les élèves.

JF (PMF) // SF