1-1-e1669908198824-png

COP27 : la transition énergétique est un impératif moral et la guerre en Ukraine ne peut pas l’arrêter, selon Costa

Ce message a été transmis par António Costa dans le discours qu’il a prononcé lors de la session plénière de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), qui se tient à Charm el-Cheikh, en Égypte, jusqu’au 18.

« Nous pensons qu’une transition énergétique juste peut être synonyme de croissance économique et de prospérité. Mais c’est avant tout un impératif moral : En tant que leaders [políticos] nous le devons à nos populations, au reste du monde et aux générations futures », a affirmé le chef de l’exécutif portugais.

Dans son discours, António Costa a commencé par souligner que « la science est claire » et que l’urgence climatique « est déjà une crise qui affecte le monde » dans le présent, puis en laissant un avertissement : « Le drame de la guerre en Ukraine ne peut pas nous détourner de l’urgence de répondre aux défis du changement climatique ».

« En effet, les conséquences de cette guerre ont montré à quel point il est nécessaire d’accélérer la transition énergétique et de réduire la dépendance aux énergies fossiles. Nous sommes tous touchés par la hausse spectaculaire des prix de l’énergie résultant de cette guerre, laissant des millions de personnes dans la pauvreté énergétique », a-t-il souligné.

Le Premier ministre s’est exprimé dans ce contexte sur le cas du Portugal, « qui a commencé il y a plus de 15 ans à investir dans les énergies renouvelables » et « est un exemple de la façon dont investir tôt dans la transition garantit moins de dépendance et une plus grande sécurité d’un point de vue énergétique ». ”.

« Nous ne pouvons pas revenir sur nos engagements. Il est important que nous quittions Charm el-Cheikh avec une vision claire qui nous permette d’obtenir des résultats des enjeux de l’atténuation au financement, à travers l’adaptation et la révision des contributions nationales. Cet effort doit être mené par les pays développés et les grands pays émetteurs », a-t-il souligné.

Dans son discours à la plénière de la COP27, António Costa a de nouveau mentionné que le président élu du Brésil, Lula da Silva, est un facteur d’espoir pour la reprise des politiques environnementales de protection de la forêt amazonienne.

Au niveau politique, le Premier ministre a insisté sur le fait que « le dialogue multilatéral est fondamental pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et trouver les réponses pour faire face aux défis mondiaux ».

Ensemble, nous pouvons évoluer vers des sociétés neutres en carbone. Des sociétés résilientes aux impacts du changement climatique. Des sociétés qui font circuler et gèrent durablement leurs ressources de manière efficace, des sociétés alimentées par les énergies renouvelables et soutenues par un principe de transition juste. C’est la société que le Portugal veut construire », a-t-il ajouté.

Articles récents