Le dernier débat parlementaire sur la politique générale a eu lieu le 7 octobre 2021, quelques semaines avant le « lead » du budget de l’État 2022, qui a entraîné la dissolution du parlement début décembre et la convocation d’élections anticipées pour le 30 janvier de cette année. , que le PS a encore gagné, mais à la majorité absolue.

Le débat commencera par des questions du PSD et la source officielle du parti a déclaré à Lusa que le président du parti, Rui Rio (qui quittera ses fonctions le premier week-end de juillet), ne fera aucune intervention, laissant le leader parlementaire, Paulo Mota Pinto, ouvrez le débat avec le premier ministre.

Ensuite, les questions des bancs Chega, IL, PCP et BE et des députés uniques du PAN et du Livre, clôturant le premier tour avec des questions du PS.

Le deuxième tour s’ouvrira avec les socialistes, suivis des partis restants par ordre décroissant de représentation, dans un débat d’un total de trois heures de discussion.

Le sujet de la santé devrait dominer le débat, après plusieurs fermetures ponctuelles d’urgences obstétricales ces derniers jours et de nombreuses critiques de l’opposition, ainsi que d’autres dossiers d’actualité, comme les files d’attente enregistrées aux arrivées dans les aéroports portugais, ou la situation économique incertaine avec hausse de l’inflation et des taux d’intérêt.

Il y a quelques semaines, plusieurs partis ont demandé des éclaircissements au Parlement sur l’accueil des réfugiés ukrainiens au Portugal, après des plaintes selon lesquelles il y avait des associations avec des éléments pro-russes impliqués dans le processus à Setúbal, António Costa répondant, journalistes, à être tenu au secret sur les activités des services de renseignement.

Après le débat général, le Premier ministre animera également le débat préparatoire au Conseil européen de jeudi et vendredi, qui portera sur la discussion de l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie.

Vendredi dernier, le Premier ministre a reçu toutes les formations parlementaires à propos de ce Conseil européen et, finalement, face à une position favorable « quasi unanime » de toutes les forces politiques (le PCP a défendu que la priorité devait être le « dialogue » et la « effort pour la paix »), António Costa a annoncé que le Portugal suivra l’avis de la Commission européenne afin que l’Ukraine et la Moldavie obtiennent le statut de pays candidats à l’Union européenne.

SMA // JPS