Avec une capacité de 1 500 personnes déjà épuisée, la production « A Fábrica — Memórias e Sonhos » aura une exposition unique et se déroulera dans différents espaces extérieurs du complexe industriel de l’ancien Martins & Rebello, qui, au milieu du Au XXe siècle, , employait à la fois 700 ouvriers, assurait la subsistance de centaines de familles dans cette région du district d’Aveiro et fabriquait des produits tels que la poudre de chocolat Vigormalte, le fromage Castelões et le beurre Primor.

C’est avec des références plus ou moins directes aux marques, aux machines, aux ouvriers, aux routines, aux habitudes et même aux « petites transgressions » de l’apogée de l’usine, entre 1950 et 1970, qu’António Capelo – avec son équipe du Teatro do Bolhão et l’ACE respectif – Escola de Artes – il a composé le spectacle qui, bien que basé sur des recherches historiques et des témoignages d’anciens ouvriers, évite les archives documentaires et privilégie « l’imagination, le bizarre et la fantaisie ».

« Lorsque nous sommes venus voir les bâtiments de l’usine, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait beaucoup de contraintes et que nous ne pouvions pas utiliser les espaces intérieurs, car ils étaient très dégradés et n’étaient pas sûrs, mais nous avons vite vu le potentiel des espaces extérieurs et que cela allait être très riche pour un voyage dans le temps, à travers les souvenirs et à travers certains aspects remarquables de la vie et du travail des personnes qui ont marché ici », a révélé António Capelo à Lusa, entre instructions aux techniciens et interprètes.

Pointant du doigt une zone du complexe, l’acteur raconte que c’est là, par exemple, que « les gens ont été pelotés en sortant de l’usine pour vérifier s’ils ramenaient chez eux des fromages cachés »; indiquant une autre zone, il dit qu’elle abritait un atelier de machines et d’automobiles, car l’entreprise « était autosuffisante et assurait elle-même l’entretien de son matériel » ; mentionnant un autre coin, il l’appelle « le mur de la honte » parce que c’était là que les garçons du quartier s’asseyaient au moment du changement d’équipe « pour apprécier les filles et leur envoyer des coups d’œil ».

António Neves, aujourd’hui âgé de 71 ans, se moque de ce souvenir, confirmant que même les jeunes d’Arouca, Sever et Azeméis faisaient le tour de la zone « pour regarder passer les fromagers ».

António Neves est l’un des habitants de Vale de Cambra qui participe au spectacle, en tant que membre de l’Association pour la promotion et le développement de Castelões, et se réjouit de voir maintenant Martins & Rebello avec une dynamique qui rappelle son « temps de gloire ». « , quand le mouvement était constant, l’usine était une référence nationale et tout tournait autour d’elle ».

Avec plusieurs années de théâtre amateur, António Neves suppose que la nouveauté d’être dirigé par António Capelo et son équipe influence également cette satisfaction. « C’est un autre niveau », dit-il, principalement à cause de l’exigence qu’il reconnaît dans le « grand effort qu’il faut pour coordonner autant de personnes » et contrôler autant d’étapes.

Susana Paiva, une actrice professionnelle recrutée pour assister les acteurs du projet, a le même point de vue et, précisément pour cette raison, soutient que « le plus important dans ces choses n’est jamais la première – c’est tout le processus en amont », pour le « enrichissement » qu’apporte le film à tout agent du spectacle vivant, qu’il soit professionnel ou non.

Lia Silva a 17 ans, est encore en plein cursus Scénographie, Costumes et Accessoires à ACE, mais elle l’a aussi remarqué.

Dans le pavillon où il repasse des vêtements avec des collègues qui cousent des perruques baroques, finalisent des costumes bourgeois, peignent des affiches Primor et appliquent des lumières LED sur des ailes d’ange, il regrette qu’aux alentours de l’usine il n’y ait pas de rues commerçantes pleines de boutiques pour ses moments de pause, comme à Porto, où il prend des cours, mais il assure : « J’aime beaucoup ce métier parce que c’est ‘vrai’, plus proche de la réalité professionnelle. Et ça a aussi l’avantage de nous faire parler à beaucoup de personnes extérieures à l’école et de tranches d’âge différentes ».

Financé avec 40 000 euros à l’initiative d’ADRIMAG – Associação de Desenvolvimento Integrado das Serras do Montemuro, Arada et Gralheira, le spectacle « A Fábrica — Memórias e Sonhos » compte également avec la participation d’INAC – Institut National des Arts du Cirque et plusieurs collectifs de Vale de Cambra, dont les éléments ont été associés au projet en tant qu’acteurs, danseurs, musiciens et même vendeurs, considérant que la présentation comprend un festival avec des danses et des stands de marché à partir de 20h00.

Fondée en 1901 à Lisbonne et installée à Vale de Cambra en 1906, l’usine Martins & Rebello est devenue la plus grande laiterie de la péninsule ibérique, s’étant implantée dans les anciennes colonies portugaises et en Europe comme fabricant de lait concentré, évaporé et en poudre, lactose, caséine, divers types de fromages et produits diététiques. Selon l’historienne locale Clara Vide, le déclin de l’entreprise a commencé après le 25 avril, quand « elle a cessé d’approvisionner l’armée et les hôpitaux publics, par exemple », et « les coopératives se sont retrouvées avec le monopole des matières premières », qui, avec d’autres difficultés, ont contribué à la faillite de l’usine dans les années 1990 et à sa fermeture définitive en 2001.

AYC // TDI