La pandémie de covid-19 a eu un impact de 3 920,9 millions d'euros sur les comptes publics jusqu'en octobre, selon le résumé de l'exécution du budget publié aujourd'hui par la direction générale du budget (DGO).

«Jusqu'en octobre, la mise en œuvre des mesures adoptées dans le cadre de la lutte et de la prévention du COVID-19, ainsi que celles visant à restaurer la normalité, ont conduit à une réduction des revenus de 1 508,3 millions d'euros et à une augmentation de une dépense de 2 412,6 millions d'euros », peut être lu dans le document publié aujourd'hui.

Selon DGO, les recettes «mettent en évidence la suspension des paiements due à l'impôt sur les sociétés (791 millions d'euros) et la perte estimée de recettes contributives liée à l'exonération du paiement du taux social unique (477 millions d'euros) au titre du régime «licenciement» simplifié, aide à la reprise progressive et incitation financière à normaliser l'activité commerciale ».

En ce qui concerne les dépenses, le «licenciement» a été la mesure ayant le plus d'impact (819 millions d'euros), suivi des dépenses de santé (368,4 millions d'euros), à savoir les équipements de protection individuelle (EPI) et les médicaments » .

«Les dépenses de soutien extraordinaire à la réduction de l'activité économique des travailleurs indépendants s'élèvent à 201,3 millions d'euros et l'incitation extraordinaire à normaliser l'activité des entreprises s'élève à 220,9 millions d'euros», rapporte également l'entité au ministère des Finances. .

Selon DGO, «en l'absence de dépenses liées aux mesures entrant dans le champ de la covid-19, les dépenses effectives des administrations publiques auraient augmenté de 1,8% par rapport à la même période de l'année précédente (au lieu de 5,1%) et les recettes le revenu effectif aurait diminué de 4,3% (au lieu de 6,4%) ».

Jusqu'en septembre, la pandémie de covid-19 avait coûté à l'Etat 3 082,3 millions d'euros en raison de la perte de recettes de 831,5 millions et de l'augmentation des dépenses de 2 226,8 millions.

Le déficit des comptes publics s'est aggravé de 8 197 millions d'euros jusqu'en octobre par rapport à la même période de l'année dernière, pour un total de 7 198 millions d'euros, a annoncé aujourd'hui le ministère des Finances dans un communiqué.

«L'exécution budgétaire en comptabilité publique des administrations publiques (AP) a présenté un déficit de 7,198 millions d'euros jusqu'en octobre, ce qui représente une augmentation de 8,197 millions par rapport à la même période», indique le ministère des Finances dans le communiqué qui précède la divulgation de la Résumé de l'exécution du budget par la direction générale du budget (DGO).

L'évolution du déficit est justifiée par la pandémie de covid-19 et résulte de la réduction de 6,4% des revenus et de l'augmentation de 5,1% des dépenses, selon la Finance, en raison des impacts sur l'économie «liés à la forte baisse des revenus contribution fiscale et contributive »et l'augmentation des dépenses liées aux« mesures extraordinaires de soutien aux familles et aux entreprises ».

"Ces effets justifient déjà une augmentation supplémentaire du solde jusqu'en octobre d'au moins 3 865 millions d'euros", lit-on dans le communiqué.

JE / LT / DF // MSF