Dans un message publié en fin d'après-midi, le directeur général, Ulisses Correia e Silva, a indiqué que cette décision avait été communiquée directement par le vice-président de la Banque mondiale, Ousmane Diagana, lors d'une vidéoconférence qui a eu lieu ce matin, avec des membres du gouvernement capverdien. verdean.

«La Banque mondiale a félicité le gouvernement du Cap-Vert pour la gestion de la pandémie de Covid-19 et a réitéré son engagement à soutenir le Cap-Vert pour surmonter cette crise. À cet effet, la Banque mondiale a confirmé la disponibilité d'un montant supplémentaire de 25 millions de dollars (22,1 millions d'euros) au-dessus de l'enveloppe allouée au Cap-Vert, qui sera mis à disposition avant la fin du mois de juillet par le biais d'un prêt concessionnel. », A annoncé le Premier ministre.

Le Cap-Vert dispose actuellement d'un portefeuille de projets avec la Banque mondiale qui dépasse 100 millions de dollars (environ 90 millions d'euros), selon les données du gouvernement.

Un document du gouvernement de la mi-juin indiquait que le Cap-Vert avait déjà obtenu la mobilisation d'un soutien extérieur, dans le contexte de la crise sanitaire et économique provoquée par le Covid-19, de 143 993 406 $ (128,2 millions d'euros). Parmi ceux-ci, 4,455 millions de dollars (quatre millions d'euros) provenant de la coopération bilatérale, "en mettant l'accent sur le Canada, la République populaire de Chine, les États-Unis d'Amérique et le Luxembourg", et les 139,5 millions de dollars restants (124,3 millions euros) "avec la coopération multilatérale", indique le document.

Dans ce dernier volet, la Banque mondiale avait alloué un soutien de 41 millions de dollars (36,5 millions d'euros), dont 15 millions (13,3 millions d'euros) ont déjà été décaissés et le reste, via l'aide budgétaire , attendu en juillet.

Ajouté à l'appui de la Banque africaine de développement, de 33 millions de dollars (29,4 millions d'euros), "en cours de traitement à débourser entre le 8 et le 11 juin", toujours 32,3 millions de dollars (28,7 millions) millions de dollars) déjà décaissés par le Fonds monétaire international (FMI), 8,768 millions de dollars (7,8 millions d'euros) du système des Nations Unies et 24,470 millions de dollars (21,8 millions d'euros) de l'Union européenne.

Afin de faire face à la nouvelle réalité économique du pays, le gouvernement cap-verdien a soumis au Parlement une proposition de budget rectificatif pour 2020, qui s'élève à 75 084 978 510 escudos (679,1 millions d'euros), y compris les dépenses et les revenus, y compris la dette, une augmentation de 2,6% des crédits inscrits au budget toujours en vigueur.

L'allocation budgétaire pour 2020 prévoit donc une augmentation d'environ 2 milliards d'escudos (18,1 millions d'euros) par rapport au budget actuel. Le gouvernement estime également qu'il perdra 20 milliards d'escudos (181 millions d'euros) de recettes fiscales en raison de la crise économique.

La proposition de budget prévoit le recours à la dette publique, le gouvernement estimant le «stock» équivalent à 150% du PIB d'ici 2021.

Le budget de l'État actuel prévoyait une inflation de 1,3%, un déficit budgétaire de 1,7% et un taux de chômage de 11,4%, en plus d'un niveau d'endettement équivalent à 118,5% du PIB.

Prévisions fortement affectées par la crise économique et sanitaire résultant de la pandémie de Covid-19 et reflétées dans cette nouvelle proposition de budget pour 2020: une récession économique qui pourrait osciller entre 6,8% et 8,5%, et le taux de chômage en hausse à près de 20%.

Le Cap-Vert enregistre une accumulation de 1 552 cas de covid-19 diagnostiqués depuis le 19 mars, avec 18 décès, mais 729 ont déjà été considérés comme récupérés.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 549 000 morts et infecté plus de 12 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

PVJ // JH