« C’est parce que Fernando croit vraiment aux gens, parce que Fernando a une vision de développement de la ville – où le logement abordable est central, où le développement d’une mobilité douce et durable est essentiel, où le soutien aux personnes âgées est essentiel. , dans lequel l’université et l’esprit d’entreprise joue un rôle central dans le développement de la ville — que Fernando est le grand maire de Lisbonne au 21e siècle », a souligné António Costa.

Le secrétaire général du PS s’exprimait au Pátio da Galé, à Lisbonne, lors de la présentation publique par le comité d’honneur de la candidature de la coalition ‘Mais Lisboa’ (PS/Livre), dirigée par l’actuel maire de la capitale, Fernando Médine.

Dans un discours d’une vingtaine de minutes, le secrétaire général du PS s’est adressé à la présidence de la mairie de Lisbonne de Jorge Sampaio, décédé vendredi dernier, et de João Soares, pour évoquer le « travail extraordinaire » accompli par tous deux dans les années 1990, qui a réussi d’identifier les « grands besoins » et les « urgences » que la ville connaissait à cette époque, comme le « mal des tentes ».

Faisant le pont avec la situation actuelle, le secrétaire général du PS a souligné que les défis actuels « sont complètement différents, mais ce ne sont pas des défis mineurs », et a déclaré qu’à Lisbonne, « deux des plus grandes batailles stratégiques se livrent » au Portugal : combattre changement climatique et défi démographique.

Selon António Costa, le candidat PS à la Chambre de Lisbonne a assumé les deux défis « dès le départ » comme une « grande priorité » de sa candidature, et a souligné le bilan de Medina en tant que maire dans les deux régions.

« Lisbonne n’était pas la capitale verte de l’Europe en 2020 par hasard. C’est (…) grâce au travail extraordinaire que (…) Fernando Medina et son équipe ont développé, notamment pour appréhender la mobilité urbaine, les transports en commun, la mobilité douce, comme élément fondamental de la vie sociale de demain », a-t-il souligné. .

Dans le même sens, le secrétaire général du PS a évoqué que Médine était le premier maire à pouvoir « avoir le contrôle des transports publics dans la ville de Lisbonne », ayant prouvé, à travers le pass unique, que « les transports publics confiés au Les Chambres Municipales fonctionnent beaucoup mieux et répondent beaucoup mieux que lorsqu’elles n’étaient pas confiées à la Municipalité ».

« Et c’est pourquoi nous devons continuer à investir ensemble. (…) Les travaux sont déjà en cours pour construire la ligne circulaire, qui sera essentielle pour améliorer les performances et l’efficacité du métro de la ville de Lisbonne. Mais dans le PRR (…) une nouvelle ligne est également prévue pour le prolongement une fois pour toutes de la ligne rouge vers la partie ouest de la ville », a-t-il annoncé.

En ce qui concerne le défi démographique, António Costa a rappelé qu’il s’agit d’un domaine qui concerne à la fois les personnes âgées et la nécessité de « rajeunir la ville » de Lisbonne.

Dans les deux cas, le secrétaire général du PS a indiqué que Médine progresse : en plus d’affirmer que le programme de développement du réseau de soins continus à Lisbonne « est en cours, continuera de progresser, et sera achevé pour la protection » des personnes âgées, António Cota a également ajouté qu’en ce qui concerne les jeunes, le programme actuellement en cours pour un revenu abordable « n’a aucune comparaison avec ce qui est en cours dans n’importe quelle autre municipalité du pays ».

Le secrétaire général a également déclaré que « rajeunir la ville n’est pas seulement un objectif statistique », mais aussi « avoir une vision de ce qu’est l’avenir de la ville », et a indiqué la stratégie démographique de la ville pour rajeunir la ville avec la « stratégie de faire de Lisbonne à la grande ville universitaire d’Europe » et le « plus grand écosystème d’entrepreneuriat, de ‘start-up’, de nouvelles entreprises », qui peut « stimuler et créer des emplois de meilleure qualité ».

« Parce que c’est ce qui a permis d’attirer à Lisbonne une grande partie des investissements directs étrangers qui se sont installés ici dans notre pays, car ils trouvent dans cette ville les ressources humaines hautement qualifiées qui leur permettent de se développer », a-t-il souligné.

António Costa – qui a également été maire de la mairie de Lisbonne entre 2007 et 2015 – a conclu en disant que c’était une « agréable surprise » de voir que son successeur avait réussi à faire de Lisbonne « une ville encore plus belle ».

« Et c’est continuer Fernando, car il est toujours possible de faire plus, de faire mieux. Il y a toujours des Intendants qui vous attendent, il y a de nouveaux espaces publics à récupérer », a-t-il conclu.

Outre Fernando Medina (PS/Livre), Carlos Moedas (PSD/CDS-PP/PPM/MPT/Aliança), Beatriz Gomes Dias (BE), João Ferreira (PCP), Manuela Gonzaga (PAN) courent pour le Conseil municipal. , Bruno Horta Soares (IL), Tiago Matos Gomes (Volt Portugal), Nuno Graciano (Assez), João Patrocínio (Ergue-te), Bruno Fialho (PDR), Sofia Afonso Ferreira (Nous, citoyens !) et Ossanda Liber (mouvement We are All Lisbon).

TA // SF