Avec une motion intitulée «Gouverner le Portugal», Ventura concentre les objectifs du IIIe congrès national, de vendredi à dimanche, à Coimbra, dans cette discussion, de «réaliser dans quelle mesure le parti comprend qu’il doit ou ne doit pas intégrer un droit éventuel gouvernement en marche. ».

S’adressant à l’agence Lusa, le député de la droite populiste, a supposé qu’il voulait «demander au Congrès des balises, des limites à la participation de Chega au gouvernement», lors d’une réunion à laquelle arrive déjà le leader, élu aux élections directes, avec 97,3% des voix, mais dans lequel peu de 11,5% des près de 28 000 militants avaient leurs parts à jour.

Après, dans la séquence des élections présidentielles où il était à la troisième place, il avait déjà «demandé» quatre ou six portefeuilles dans un éventuel accord gouvernemental, maintenant, à la veille du congrès, il évoque à nouveau le sujet sans chiffres, et a admis qu’il ne «modérera» pas les positions.

En termes formels, le président du parti a déclaré que ces «objectifs» et «conditions» seront votés par les délégués, à travers sa motion et l’élection des organes nationaux des organes qu’il proposera au congrès: «Chega est un parti gouvernemental et pas un parti de protestation.

Politiquement, André Ventura a affirmé qu’une «réforme de la justice» est essentielle, dans des matières controversées comme la réclusion à perpétuité ou la castration chimique, pour qu’il y ait un accord, par exemple, avec le PSD.

La «condamnation à perpétuité» pour crime grave, crime sexuel, crimes de sang et terrorisme est l’une des exigences puisque «pratiquement» la fondation du parti, mais aussi la castration chimique des pédophiles ou la fin du cumulus juridique «comme vous le savez vous-même », A-t-il illustré.

«Nous sommes prêts à faire des concessions naturellement, mais soit le PSD accepte certains éléments qui sont pour nous fondamentaux, soit cela ne vaut pas la peine de penser à un gouvernement. Si ce n’est pas un gouvernement fantoche et pas un gouvernement de salut national », a-t-il dit, pointant un point de convergence avec les sociaux-démocrates: la défense de réduire le nombre de députés.

Si, selon le calendrier, les législatures n’auront lieu qu’en 2023, s’il n’y a même pas de crise politique, le chef de Chega a déjà commencé à définir un objectif électoral, «entre 10% et 15%», proche de la 11,9% qui l’ont obtenu aux élections présidentielles de janvier.

«Nous voulons travailler pour atteindre 15% et être membre à part entière, incontesté par le gouvernement. Nous ne voulons pas faire du stop au gouvernement », a-t-il conclu.

Dans un congrès avec 500 délégués, et dans lequel l’organisation promet le respect des règles de distanciation dues à l’épidémie de covid-19, après la polémique sur le thème lors de la convention d’Évora, le leader dit qu’il renouvellera les instances nationales.

Rejetant l’idée de faire ces démarches en raison de controverses internes ces derniers mois, y compris de la part des dirigeants nationaux, le seul député de Chega a déclaré qu’il s’agissait d’un « rajeunissement ».

De la direction, trois vice-présidents quittent et promettent qu’il y aura l’entrée de «plus de femmes et de jeunes» dans les organes du parti, dans un congrès où le programme du parti sera également modifié, ce qui, selon le leader, n’est pas une illégalisation adapter et éviter, en cours d’analyse à la Cour constitutionnelle.

Pour dimanche, un discours du président de la Ligue, parti de l’extrême droite italienne, Matteo Salvini, est attendu.

Ventura a été élu président de la direction nationale pour la troisième fois en moins de trois ans lors d’élections directes tenues le 6 mars, avec 97,3% des voix, mais seulement 11,5% des près de 28 000 militants ont vu leurs quotas régularisés.

Le fondateur, militant n ° 1 et unique député de Chega a été élu pour la première fois le 30 juin 2019, à Algés (Lisbonne), et a démissionné en avril 2020, le justifiant par la contestation interne due à son abstention au parlement sur la renouvellement de l’état d’urgence en raison de la pandémie de covid-19.

Lors de la IIe Convention nationale, en septembre 2020, à Évora, il a été réélu, mais l’orientation qu’il a proposée seulement pour la troisième fois a remporté la majorité des deux tiers des voix des membres du Congrès.

Suite aux élections présidentielles du 24 janvier, il a de nouveau démissionné pour avoir échoué à rester devant l’ancienne eurodéputée socialiste Ana Gomes et contraint le chef de l’Etat, Marcelo Rebelo de Sousa, à un second tour.