Les élections municipales du 26 septembre marqueront « le début de la fin du règne d’António Costa », a fait valoir le président de Chega, lors d’un rassemblement marqué par les protestations de quelques dizaines de personnes.

« Alors qu’ils nous traitent de fascistes, de racistes et d’extrémistes, il y a un Parti socialiste (PS) qui continue de sourire et de rire, car il continue de faire rage chaque jour », a déclaré le chef de Chega, André Ventura, lors d’un rassemblement à Moura, district de Beja le Vendredi soir.

Mais « ces élections du 26 [de setembro], ici à Moura et ici dans le district de Beja, marquera le début de la fin du règne d’António Costa au Portugal », a-t-il déclaré.

Vendredi soir, devant quelques centaines de sympathisants du parti, qui l’ont applaudi et crié son nom, mais aussi une contre-manifestation de dizaines de personnes, qui l’ont applaudi et l’ont qualifié de « raciste » et de « fasciste », Ventura s’est montré confiant dans les résultats des prochaines élections municipales.

« Un jour, António Costa a dit : si vous en avez la force, renversez mon gouvernement. Eh bien, je suis ici pour dire que, tôt ou tard, votre gouvernement, António Costa, tombera et nous, les bons Portugais, reviendrons pour gouverner le pays qui nous appartient encore », a défendu le chef de Chega.

Lors de l’intervention d’André Ventura, le PSP, qui avant le rassemblement était déjà visible dans les accès de la ville et dans le quartier où il aurait lieu, a conduit les manifestants hors de la place, sans conflits, et les participants à la manifestation ont fini par se disperser .

Interrogée par l’agence Lusa, une source PSP a justifié que cette action, menée par des éléments de l’Unité spéciale de police, qui a renforcé le reste du dispositif, visait à mettre fin à « une contre-manifestation » qui « n’était pas autorisée ».

Sur scène, où il a aussi pointé la lutte contre la corruption comme un « drapeau » électoral, André Ventura a promis qu’« il n’y aura ni cris, ni manifestations, ni foule » qui empêcheraient le parti « de se battre pour le Portugal ». .

« Et ceux qui pensaient que nous n’atteindrions jamais le quartier de Beja ici, qui pensaient que c’était juste loin, à Lisbonne, et que ce n’était que la voix d’un homme, se trompent. Nous allons être dans tout le pays » dans les prochains conseils municipaux, a-t-il déclaré.

Le leader de Chega, qui est la tête de liste du parti à l’Assemblée municipale de Moura, a dit croire en la victoire dans les organes municipaux de cette commune, dans les prochaines instances communales, voire pour faire de cette commune un exemple pour le pays.

« Parce que ces hommes et ces femmes qui vivent ici méritent qu’on leur donne un exemple de ce que sera la gouvernance de Chega dans tout le pays. Moura sera notre premier chemin vers la victoire qui sera la nôtre au sein du gouvernement portugais, plus tôt qu’ils ne l’espèrent », s’est-il défendu.

Le rassemblement de Chega em Moura a servi à présenter les huit candidats municipaux aux conseils municipaux du district de Beja, qui compte au total 14 municipalités.

Cidália Figueira (Moura), Pedro Pinto (Beja), Ana Moisão (Serpa), Paulo Santos (Mértola), Nicholas Almeida (Aljustrel), Octávio Costa (Ferreira do Alentejo), Rui Areias (Odemira) et Idalete Brito (Ourique) sont les têtes de liste du parti.