« Nous retirons actuellement la population du village de Froufe et nous évaluons la possibilité de la même situation pour le village de Lourido », a expliqué Augusto Marinho, maire de Ponte da Barca, dans le district de Viana do Castelo.

L’autre village à risque, Ermida, est « plus isolé [do fogo] pour l’instant », a-t-il ajouté.

Augusto Marinho a mis en garde contre des « conditions extrêmement difficiles » en raison du vent violent qui a aggravé la situation depuis le milieu de l’après-midi.

Le maire a également souligné que les moyens de combat devaient être renforcés face à une situation « extrêmement difficile ».

En début d’après-midi et à 20h15, à Lusa, Augusto Marinho signalait l’existence de localités à risque.

« Les pompiers sont très inquiets, c’est long à combattre et il y aura des rallumages », prévenait, à l’époque, le maire, qui avait déjà demandé au premier ministre « d’envoyer des moyens aériens lourds de combat » pour rejoindre les deux légers qui opèrent dans la région.

Ne pouvant plus compter sur les deux moyens aériens faute de soleil, le combat se poursuit à pied, estimant le maire du Minho que « vu le vent qui est, une nuit difficile s’annonce ».

A 22h10, selon la page du District Relief Operations Command, 108 agents combattaient les flammes, appuyés par 33 véhicules, dans l’incendie qui s’est déclaré mardi à 23h39.

Le ministre de l’Administration intérieure, José Luís Carneiro, a annoncé aujourd’hui que le pays reste dans un état d’urgence jusqu’à 24h00 dimanche et que toute prolongation de cet état sera réévaluée ce jour-là.

La situation d’urgence correspond au deuxième niveau d’intervention prévu par la loi sur la Sécurité Civile et est déclarée lorsque, compte tenu de la survenance ou de l’imminence d’un accident grave ou d’une catastrophe, la nécessité d’adopter des mesures préventives et/ou de réaction spéciales qui ne peuvent être mobilisée au niveau municipal est reconnue. .

Huit districts du Portugal continental restent sous vigilance rouge, les plus graves, en raison des fortes chaleurs, avec plus d’une centaine de communes en danger maximum d’incendie rural, selon l’Institut portugais de la mer et de l’atmosphère.

L’Institut portugais de la mer et de l’atmosphère (IPMA) a maintenu vendredi cinq districts du nord et du centre et de l’intérieur nord de l’Alentejo en alerte rouge, la plus élevée sur l’échelle, en raison du temps chaud.

Selon la dernière mise à jour des avertissements IPMA, un avertissement rouge (de persistance de valeurs extrêmement élevées de la température maximale) est prévu jusqu’à 21h00 vendredi dans les quartiers de Vila Real, Bragança, Guarda, Castelo Branco et Portalegre .

Les quartiers de Coimbra, Viseu, Santarém, Évora et Beja seront, à leur tour, en vigilance orange, le deuxième plus haut niveau de l’échelle, au cours de la journée de vendredi.

Le reste sera en avertissement jaune, le troisième plus élevé,

L’IPMA prédit jusqu’à vendredi en fin de journée la « persistance d’un temps très chaud et très sec au Portugal continental », qui enregistre des valeurs très élevées de température maximale et minimale de l’air depuis le 6.

DMC (JFO/ARA/IMA) // RBF