António Costa a fait part de ces positions dans des déclarations aux journalistes, avec le commissaire européen chargé du budget, Johannes Hahn, après avoir également reçu à São Bento la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager.

Dans sa déclaration, le Premier ministre a félicité le commissaire européen chargé du budget « pour le grand succès qu’il a obtenu avec la conclusion jeudi de la ratification des deux dernières décisions, par l’Autriche et la Pologne, autorisant l’augmentation des ressources propres de l’Union européenne » .

A l’issue de ce processus, a souligné le chef du gouvernement du Portugal, pays qui jusqu’en juin préside le Conseil de l’Union européenne, «l’émission de dette qui financera les plans de relance et de résilience est autorisée».

« Il est maintenant temps d’exécuter les plans nationaux, les négociations avec les différents États membres se déroulent plutôt bien et nous espérons que même sous la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne, il sera possible d’approuver les premiers plans », il a dit.

Selon le Premier ministre portugais, le moment est également venu de commencer à analyser la proposition que la Commission va présenter pour la création prochaine des ressources propres de l’Union européenne ».

Une étape «importante pour nous pour pouvoir rembourser cet emprunt dans le futur et soutenir ce fonds de relance et de résilience», a-t-il ajouté, avant de saluer à nouveau le commissaire autrichien.

« Je félicite le commissaire Johannes Hahn pour le grand succès de son administration dans ce portefeuille budgétaire et pour la manière dont il a préparé et lancé ce plan de relance », a-t-il ajouté.

L’un des principaux objectifs de la présidence portugaise du Conseil européen était précisément de conclure un long processus de ratification par les 27 États membres, en vue d’autoriser la Commission européenne à utiliser les marchés pour financer le fonds de relance et de résilience.

«La Commission européenne peut désormais se tourner vers les marchés pour financer le plan de relance européen. Il est temps d’agir », a souligné le Premier ministre dans un message qu’il a diffusé jeudi soir dans son compte officiel sur le réseau social Twitter.

Sur le plan national, l’objectif du gouvernement portugais est d’obtenir, en juin, l’approbation de Bruxelles de son plan de relance et de résilience.

L’enjeu est le mécanisme de relance et de résilience, évalué à 672,5 milliards d’euros (aux prix de 2018) et un élément central de la «Next Generation EU», le fonds de 750 milliards d’euros approuvé par les dirigeants européens en juillet 2020 pour la reprise économique de l’UE crise causée par la pandémie de covid-19.

PMF // ACL