Actuellement, avec près de 32 000 chauffeurs, le secteur TVDE connaît quelques problèmes, aggravés par la pandémie, lorsque certains opérateurs de plateformes TVDE (les entreprises qui donnent leur nom aux plateformes) ont décidé de modifier le multiplicateur tarifaire, modifiant les marges bénéficiaires des chauffeurs.

Selon les données de l’Institut de la mobilité et des transports (IMT), en octobre de cette année, 31 846 conducteurs TVDE ont été certifiés, et au 1er mars 2019 (date limite de la période transitoire pour l’adaptation des plateformes électroniques à la loi, entrée en vigueur vigueur le 1er novembre 2018) 5 929 conducteurs étaient éligibles.

Selon les informations de l’IMT, le nombre d’opérateurs TVDE – transport individuel et rémunéré de passagers dans des véhicules sans caractéristiques utilisant une plateforme électronique – est désormais de 8 735, soit environ 700 de plus qu’il y a un an.

Cet indicateur fait référence au nombre d’entreprises, avec un ou plusieurs chauffeurs, partenaires de plateformes.

Onze opérateurs de plateforme TVDE sont également licenciés, ce qui n’implique pas qu’ils soient tous actifs.

La loi 45/2018, dite « loi Uber », réglemente les plateformes de transport électronique dans des véhicules non caractérisés et est entrée en vigueur le 1er novembre 2018, après de longs mois de discussions parlementaires et de contestation dans le secteur des taxis.

Le diplôme prévoyait une période transitoire de quatre mois pour s’adapter aux opérateurs de plateformes, les quatre qui opéraient au Portugal à l’époque – Uber, Cabify, Taxify (maintenant Bolt) et Kapten (marque qui a commencé son activité au Portugal sous le nom de Chauffeur Privé) – ils ont tous été légalisés.

Actuellement, trois ans après la loi 45/2018, trois opérateurs opèrent dans le pays : Uber, Bolt et Free Now, ce dernier créé à partir de MyTaxi (service de transport en taxi via une application de téléphonie mobile) et qui intègre également les TVDE du premier. Kapten.

En mai de cette année, le gouvernement, par l’intermédiaire du secrétaire d’État à la Mobilité, Eduardo Pinheiro, a reconnu que la « loi Uber » devrait subir des modifications, compte tenu du fait que, à certains égards, le développement de l’activité de TVDE « n’a pas correspondu. de l’esprit législatif lors de la rédaction de la loi ».

Cette année, trois ans après l’entrée en vigueur, le rapport sera présenté où est réalisée une évaluation du secteur, qui est en cours d’élaboration par l’Institut de la mobilité et des transports, puis transmise à l’Autorité de la mobilité et des transports.

La question des relations de travail des travailleurs des plateformes numériques est toujours ouverte, et le Gouvernement a récemment proposé dans la Concertation sociale, dans le cadre de l’Agenda du travail décent, la présomption de l’existence de contrats de travail pour ce type de situation.

Afin de défendre les droits des travailleurs sur les plateformes électroniques, le Syndicat des travailleurs des transports routiers et urbains du Portugal (STRUP) a formé un groupe de travail, en septembre de l’année dernière, d’où est sorti un dossier de réclamation, qui a ensuite été présenté aux parties. avec des sièges parlementaires et le gouvernement.

En janvier 2020, la première grande manifestation des chauffeurs Uber est apparue, qui a réuni, à Lisbonne, des centaines de travailleurs pour protester contre la baisse des tarifs pratiquée par l’application.

En cause, la baisse des prix du service de transport de base Uber X, qui en 2020 était 10% moins cher, une mesure positive du point de vue du passager, mais qui a généré un malaise chez les conducteurs, qui craignaient la pression supplémentaire sur les revenus et critiqué la décision de la compagnie de maintenir inchangée la commission de 25 % alors appliquée sur la valeur des déplacements.

Également au cours de l’année écoulée, et déjà en période de pandémie, de nouvelles marches lentes ont suivi au cours desquelles les conducteurs de TVDE entendaient attirer l’attention, entre autres, sur la nécessité de garantir les droits des travailleurs, le contrôle de la loi par les autorités compétentes et pour le multiplicateur tarifaire. problèmes.

Une manifestation des chauffeurs et des opérateurs TVDE est prévue le 3 novembre, au Parque das Nações, à Lisbonne, lors du Web Summit, afin d’attirer l’attention du public sur les problèmes auxquels le secteur est confronté.

RCR // MLS

Le contenu Trois ans de «loi Uber» avec près de 32 000 conducteurs et quelques problèmes dans le secteur apparaît d’abord à Visão.