«Le business model change ou disparaît, avec un hic, si le business model disparaît il prend d’autres business models comme le taxi, par exemple, car pour le moment TVDE est un ‘cancer dans la société’. Ce n’est bon pour personne: TVDE ne peut générer des revenus que pour payer les dépenses. La plate-forme ne fait que supprimer la valeur du travail et ne paie même pas d’impôts ici au Portugal », déclare Lusa Paulo Silva, chauffeur et dirigeant syndical.

Selon les données de l’Institut de la mobilité et des transports, fournies aux syndicats, 29 000 chauffeurs TVDE (transport individuel et compensé de passagers en véhicules non caractérisés) et 7 400 entreprises liées au secteur sont enregistrés au Portugal.

Un projet de création du Syndicat des chauffeurs TVDE du Portugal comprend «quelques centaines de personnes et beaucoup font partie du Syndicat des travailleurs routiers urbains du Portugal (STRUP), affilié à la CGTP.

Paulo Silva, chauffeur TVDE depuis 2018 dans l’agglomération de Lisbonne et syndiqué chez STRUP, explique qu’actuellement les chauffeurs ont «deux patrons»: la plateforme numérique, «comme UBER», et l’entreprise elle-même, à «l’écrasante majorité», travaille avec un reçu vert.

«Le conducteur est enregistré sur la plate-forme, mais le conducteur qui travaille pour la plate-forme ‘A’, ‘B’ ou ‘C’ ne peut le faire qu’à travers la figure de ‘partenaire’, donc via une entreprise. Cette entreprise est censée avoir une responsabilité sociale envers cet employé. Mais comment est-ce possible? Les entreprises ne gèrent pas l’entreprise. Ils n’ont aucun rôle à jouer dans la gestion de l’entreprise et ne génèrent pas de revenus pour pouvoir exercer des responsabilités sociales envers les chauffeurs », déplore Paulo Silva.

Les préoccupations des chauffeurs TVDE sont partagées par la CGTP, qui considère la situation spécifique de ces travailleurs comme chaotique.

«Ce qui se passe en ce moment, c’est une authentique« jungle », c’est ce à quoi ces travailleurs sont soumis. Il y a un très grand nombre de travailleurs qui travaillent pour ces plates-formes (numériques) et les travailleurs ne sont absolument pas protégés et cela ne peut pas être », a déclaré la secrétaire générale de la CGTP, Isabel Camarinha à Lusa.

Au Portugal, la figure du «partenaire» a été créée, entrepreneur individuel ou privé, pour le secteur TVDE, mais la plateforme numérique ne paie pas d’impôts, ce qui rend difficile, voire impossible, le respect des obligations sociales.

Les travailleurs qui dépendent des plateformes numériques mettent en garde contre la situation de travail précaire et le chômage imminent qui peuvent encore aggraver la situation sociale au Portugal.

Les applications de téléphonie mobile, «comme UBER», sont un intermédiaire entre un client qui souhaite être transporté et une personne disponible pour le faire, mais «le partenaire n’a pas le droit de vote».

«Aujourd’hui, c’est cinq euros, demain c’est quatre euros et puis c’est trois euros et chaque jour que les chauffeurs paient pour travailler, ils sont obligés de faire plus de 15 ou 16 heures dans la rue et à la fin du mois, ils ne sont même pas garantis un salaire minimum. », critique Paulo Silva.

«Les droits doivent être assumés de la plate-forme à l’entreprise partenaire, mettant les coûts sur la plate-forme par rapport au travail, mais la plate-forme n’est probablement pas très intéressée car il ne sera plus intéressant d’avoir 29000 personnes qui dorment dans la voiture ici au Portugal. », A ajouté le dirigeant syndical STRUP et chauffeur de TVDE.

Essentiellement, souligne-t-il, les prix du voyage «sont bon marché» pour le client, mais la marge bénéficiaire du conducteur est de plus en plus réduite, ce qui aggrave la condition des travailleurs.

«La tutelle doit définir un revenu minimum stable. Autrement dit, une valeur de base en kilomètres et en minutes. Autrement dit, en dessous de ce montant, le partenaire ne peut pas recevoir. Je vois cela avec beaucoup d’inquiétude car cette entreprise telle qu’elle est n’a aucune viabilité et n’a même pas d’avenir », déclare Paulo Silva, déplorant le manque d’engagement des différents partis politiques au niveau parlementaire.

«Les partis aspirent à la révision de la loi, pour novembre 2021, date à laquelle la loi a trois ans qu’elle est entrée en vigueur. Ils disent qu’ils doivent analyser. Analyser quoi? Nous avons déjà donné toutes les données, avec des preuves évidentes et pour l’instant rien ne se passe », conclut le syndicaliste.

Le travail, à savoir le travail précaire pour les plateformes numériques, est l’un des sujets qui sera débattu lors du Sommet social, les 7 et 8 mai, à Porto, où le plan d’action de la Commission européenne pour l’application du socle européen des droits sociaux, entre acteurs politiques, partenaires sociaux et société civile.

Le plan stipule comme objectifs, pour 2030, que 78% des adultes en Europe ont un emploi, qu’au moins 60% des personnes suivent une formation une fois par an et qu ‘«au moins» 15 millions d’Européens sont sortis de la pauvreté, dont cinq millions d’enfants.

PSP // MDR

Le contenu du Sommet social: les chauffeurs de TVDE craignent une augmentation du nouveau «prolétariat numérique» apparaît en premier à Visão.