Le Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile (SNPVAC) a accusé aujourd’hui TAP d’avoir utilisé un algorithme  » aveugle  » qui tire  » le même jour mari et femme « , dans le cadre du licenciement collectif que la compagnie aérienne a commencé lundi.

« L’aveuglement de l’algorithme est tel que cette gestion sans aucun sens social met au chômage mari et femme le même jour », a rapporté aujourd’hui le SNPVAC, dans un communiqué, faisant référence à l’algorithme utilisé pour la sélection des travailleurs couverts par le licenciement collectif que l’entreprise procède dans le cadre du processus de restructuration.

Le licenciement collectif a débuté lundi et concerne 124 salariés du groupe, dont 28 personnels de cabine.

Le SNPVAC a qualifié le processus de « moment social le plus difficile des 76 ans d’histoire de la TAP » et a regretté que « la série de mesures prises avec l’entreprise, le gouvernement, les groupes parlementaires et l’Union elle-même n’aient pas porté leurs fruits. Union européenne,  » dans le but de démontrer les incohérences d’un processus très peu clair », considérée par la direction syndicale comme « illégale, immorale et totalement évitable ».

Les représentants du personnel de cabine ont également rappelé que toutes les alternatives qu’ils ont présentées avaient une réponse « non » mécanique.

« La nouvelle direction de TAP est également devenue l’otage d’un ‘vieux algorithme’ qui nuit à tout le monde », a réitéré le syndicat, regrettant « avec véhémence » la décision prise par la compagnie aérienne et le gouvernement.

La procédure de licenciement collectif de 124 salariés initiée par la TAP concerne 35 pilotes, 28 personnels navigants commerciaux, 38 ouvriers de maintenance et d’ingénierie et 23 salariés au siège, selon un message adressé par l’administration aux salariés.

Dans un message interne envoyé le 8 juillet, auquel l’agence Lusa a eu accès, la CEO (CEO) de TAP, Christine Ourmières-Widener, souligne que ce nombre est en deçà des prévisions initiales et exigées par le plan de restructuration de l’entreprise, qui s’élevait à 2 000 travailleurs. , cette réduction ayant été obtenue grâce au respect de mesures volontaires, telles que des accords d’urgence temporaires avec les syndicats, des licenciements et des intégrations mutuellement convenus au Portugal.

MPE (ALYN) // CSJ

Le contenu de SNPVAC accuse TAP d’utiliser un algorithme « aveugle » qui tire « le mari et la femme » apparaît en premier dans Vision.