Si l’État portugais payait ses fournisseurs à temps, 600 millions d’euros seraient injectés dans l’économie. L’affirmation vient de la présentatrice de radio Graça Franco qui ajoute que la dette de l’État envers les fournisseurs, notamment dans le domaine de la santé, est «un classique».