SEF a révélé aujourd’hui que 32 enquêtes sont actuellement en cours dans plusieurs comtés de l’Alentejo, dont six à Odemira, pour délits de traite des personnes, aide à l’immigration clandestine et augmentation de la main-d’œuvre illégale.

Dans une information envoyée à l’agence Lusa, le Service des Etrangers et des Frontières (SEF) souligne qu’il «surveille de près la permanence et l’activité des étrangers dans l’Alentejo, en particulier ceux qui travaillent dans des fermes intensives».

Ce service de sécurité a déclaré que 32 enquêtes criminelles étaient actuellement en cours dans divers comtés de l’Alentejo pour des délits de traite des êtres humains, d’aide à l’immigration illégale et de travail illégal.

Le SEF souligne qu’en mars dernier, 15 enquêtes ont été ouvertes contre 17 employeurs et leurs propriétaires, pour des indices de délits d’aide à l’immigration clandestine et de falsification de documents, des faits liés à des relations professionnelles frauduleuses visant la régularisation de documents.

SEF déclare que six des 32 enquêtes concernent le district d’Odemira, dans le district de Beja, où les situations dans lesquelles ces travailleurs agricoles vivent et travaillent ont été signalées ces derniers jours.

Le gouvernement a décidé de mettre en place une clôture sanitaire dans les paroisses de São Teotónio et Almograve, dans la municipalité d’Odemira, en raison de la forte incidence des cas de covid-19, en particulier parmi les travailleurs du secteur agricole.

Les données du SEF indiquent également que, depuis 2018, dans la région de l’Alentejo, 11 suspects ont été arrêtés et 37 personnes et 14 entreprises ont été accusées, tandis que 134 victimes de traite des êtres humains à des fins d’exploitation par le travail ont également été signalées au cours de la même période.

Ce service de sécurité explique que, lors des opérations, il a été constaté que le phénomène de la traite des êtres humains a été particulièrement visible dans le recrutement de travailleurs étrangers pour fournir du travail dans les campagnes agricoles saisonnières, telles que la récolte d’olives, de tomates, de fruits ou de légumes.

« En règle générale, les ressortissants des pays d’Europe de l’Est ou d’Asie sont recrutés par le biais d’entreprises de travail temporaire, la plupart du temps créées et gérées par d’autres étrangers de même nationalité », ajoute-t-il.

SEF souligne qu’en échange d’un travail, ils promettent un logement, de la nourriture, des transports et un salaire, en émettant et en signant des contrats faisant référence aux subventions alimentaires, aux congés, aux vacances et aux heures de travail.

Selon ce service de sécurité, les travailleurs recrutés sont conduits, pour la plupart, dans des maisons louées par les employeurs, à proximité ou sur les fermes elles-mêmes, étant, en règle générale, «totalement dépendants des collecteurs de fonds, même en ce qui concerne à la nourriture. ».

Le SEF précise également que ces travailleurs sont tenus de «verser des sommes importantes, en échange de documents différents, à savoir les contrats de travail et l’obtention d’un numéro de contribuable et d’usager de la Sécurité sociale, ainsi que pour les frais d’hébergement, de nourriture et de transport, par des remises abusives sur les revenus».

Le rapport annuel sur la sécurité intérieure (RASI) 2020 indique que «l’exploitation du travail a continué d’être un phénomène présent au Portugal» et que des travailleurs, principalement de Roumanie, de Moldavie, du Pakistan, du Népal et d’Inde, ont été recrutés pour travailler dans des campagnes saisonnières, telles que le récolte d’olives, de châtaignes, de fruits ou de légumes, transportés vers les fermes où ils commencent à travailler et à vivre ».

«L’extension géographique des lieux de mise en œuvre, généralement situés à l’intérieur de l’Alentejo ou dans l’ouest du pays, rend difficile l’action des entités d’inspection», soutient le RASI l’année dernière.

CMP // ZO

Le contenu de SEF a 32 enquêtes criminelles sur la traite des êtres humains et le travail illégal dans l’Alentejo apparaît en premier à Visão.