Le tribunal de Sintra a échoué à l’ordonnance du SEF qui a destitué quatre inspecteurs de l’exercice de leurs fonctions à l’aéroport de Lisbonne, qui font l’objet d’une procédure disciplinaire en raison du décès du citoyen ukrainien.

Cette décision du tribunal administratif et fiscal de Sintra, qui date du 4 mars, fait suite à une mesure conservatoire introduite par l’Union des enquêteurs, de l’inspection et des inspecteurs des frontières (SIIFF-SEF) et échoue à une ordonnance du 3 décembre 2020 signée par l’ancienne directrice nationale du Service des étrangers et des frontières, Cristina Gatões, qui a entre-temps démissionné.

Dans un communiqué, le syndicat affirme que le tribunal de Sintra a déterminé «la suspension de l’effectivité» de l’ordonnance qui a déterminé que plusieurs inspecteurs ont commencé à travailler dans d’autres sites du SEF et ont cessé d’exercer des fonctions à l’aéroport de Lisbonne en raison de la procédure disciplinaire ouverte par le Inspecção- General of Internal Administration (IGAI) dans le cadre de l’enquête sur le décès d’un citoyen ukrainien dans les locaux de ce service.

Une source du SEF a déclaré à l’agence Lusa que le directeur national de ce service avait déjà ordonné le retour des quatre inspecteurs à leurs fonctions à l’aéroport de Lisbonne, dans un arrêté signé le 6 mars.

Fin septembre 2020, l’IGAI a engagé huit procédures disciplinaires contre des éléments du SEF dans le cadre de l’enquête interne qui enquête sur la mort du citoyen ukrainien Ihor Homeniuk, en mars de l’année dernière, dans l’espace équivalent au centre d’installation temporaire ( EECIT) de l’aéroport de Lisbonne.

Ces processus disciplinaires ont rejoint ceux qui avaient déjà été ouverts, par décision du ministre de l’Administration interne, Eduardo Cabrita, au directeur et directeur adjoint des frontières de Lisbonne, au coordonnateur de l’espace assimilé au centre d’installation temporaire (EECIT) de l’aéroport, ainsi qu’aux trois inspecteurs du SEF, actuellement en procès.

Les procédures disciplinaires sont toujours en cours à l’IGAI.

En décembre, l’ancien directeur du SEF signe un ordre ordonnant aux inspecteurs de se déplacer de l’aéroport de Lisbonne vers d’autres emplois, considérant le SIIFF-SEF que cette décision d’éloignement «résultait de la pression médiatique prénatale».

«Pour se débarrasser de cette pression, le ministre de l’Administration interne et le directeur du SEF de l’époque, ont décidé de déplacer des inspecteurs de l’aéroport de Lisbonne vers d’autres endroits, en les sanctionnant sans inculpation, sans preuve et sans droit à la défense. Ceux qui devraient guider leur conduite par l’exemple, en ce qui concerne le respect de la loi, sont malheureusement les mêmes qui violent gravement les principes les plus élémentaires du droit », affirme le syndicat.

Selon la décision du tribunal, citée par le syndicat, l’intérêt public a été invoqué «de manière générique sans présenter les faits qui le corroborent», la décision de révoquer les inspecteurs a été qualifiée «d’opinion, sans aucun support factuel, une violation flagrante de la principes légalité, bonne administration, justice, caractère raisonnable et bonne foi ».

Le procès des trois inspecteurs du SEF accusés d’avoir tué Ihor Homeniuk se déroule à Lisbonne, les accusés étant accusés d’avoir battu le citoyen ukrainien dans une situation qui constitue un homicide qualifié, un crime passible de 25 ans de prison.

CMP // RBF

Le contenu du SEF / Ihor: le tribunal échoue à l’ordonnance du SEF qui supprime les inspecteurs de l’aéroport de Lisbonne apparaît d’abord à Visão.