S’adressant à l’agence Lusa, après une réunion qui a réuni les maires du Médio Tejo, l’Agence portugaise de l’environnement (APA) et le secrétaire d’État à la conservation de la nature et des forêts, João Paulo Catarino, le chef du CIM/MT a défini les travaux structurels défendu par le gouvernement et dont les études sont actuellement en cours, comme « une voie » qu’il espère voir « conclue ».

Lors de la réunion, João Paulo Catarino a souligné la nécessité de mesures structurelles pour stocker l’eau, en particulier la construction d’un tunnel entre la rivière Zêzere et le Tage, « une meilleure utilisation » de la rivière Ocreza, éventuellement avec la construction d’un nouveau barrage « de racine », à ajouter à celui existant de Pracana, ou à augmenter celui-ci et une nouvelle gestion du barrage de Cabril, lors de la nouvelle concession, en 2023.

« Nous avions aussi déjà pris position ici en intercommunalité sur Ocreza, car il nous semble que c’est une des solutions de stockage de l’eau. Mais quand on parle des mesures structurelles, d’Ocreza, ou du tunnel ou du barrage de Cabril, on ne regarde qu’une dimension d’un problème qui a plusieurs dimensions », a prévenu également le maire de Tomar.

Pour Anabela Freitas, on ne peut pas aborder les problèmes de sécheresse sans parler, par exemple, de la forêt : « Maintenant, ces derniers temps, on parle beaucoup de la forêt, mais à cause des incendies, mais si on veut organiser la forêt et nous le voulons tous, il faut voir quelles espèces peuvent être plantées et ne sont pas de grandes consommatrices d’eau. Tout est très concerné par les eaux de surface, mais il faut préserver les eaux souterraines », a-t-il illustré.

Une autre préoccupation partagée par les maires de CIM do Médio Tejo avec João Paulo Catarino est la réduction des pertes d’eau dans les systèmes de distribution: « Au niveau national, les pertes d’eau sont d’environ 23%, dans le Médio Tejo nous avons beaucoup plus que cela « , a révélé le maire.

« Cela se produit parce que nous avons des conduits qui ont 30, 40 ans ou plus. Inutile d’introduire des systèmes de contrôle de l’eau, nous pouvons avoir les systèmes de télégestion et de télémétrie les plus avancés, qui si les canalisations sont toutes cassées, cela ne sert à rien. Si la technologie n’est pas appliquée dans des infrastructures robustes, elle ne sert à rien », a-t-il observé.

Prenant l’exemple de Tomar, qui fait partie d’une intercommunale qui comprend six municipalités CIM/MT, Anabela Freitas a souligné qu’à la fin de 2021, le volume des pertes d’eau signalées était de 46 %, soit près de la moitié du total de l’eau distribué.

« Rien qu’à Tomar, les deux tiers des pertes d’eau sont concentrées sur 253 kilomètres de canalisation. On parle de conduits, certains vieux de 50 ans, tous en fibrociment, et si on veut en discuter [da seca]cela ne peut pas seulement être discuté selon l’organisme gouvernemental responsable de chaque domaine », a-t-il argumenté.

« Et les maires présents aujourd’hui [na reunião] dit qu’ils sont disponibles pour comprendre quelles sont les solutions structurelles, disponibles pour y travailler, soutenir tout ce qui est nécessaire, mais nous devions également dire quelles sont nos préoccupations », a-t-il déclaré.

Une autre préoccupation exprimée par les maires concernait le stockage de l’eau pour la consommation humaine dans le barrage de Castelo de Bode. [localizada no rio Zêzere, nos limites dos concelhos de Tomar e Abrantes] et qui fournit « la moitié de la population » du Portugal.

« En février, quand les mesures de suspension de la production d’énergie ont été prises, ce qui était sur la table était d’avoir un niveau de stockage de deux ans pour la consommation humaine et nous voulions savoir s’il était maintenu. On nous a dit qu’il n’y avait pas de changement, mais le problème, c’est que deux ans sont déjà là », a noté Anabela Freitas.

JLS //SF