Le chiffre a été révélé par Luís Rodrigues lors d’une présentation aux journalistes du plan de restructuration de SATA, qui a eu lieu aujourd’hui au siège de la compagnie aérienne, à Ponta Delgada.

« Nous avons négocié le départ d’une centaine de personnes jusqu’à présent et il y en aura 50 autres d’ici fin 2023 », a-t-il déclaré.

Le premier programme de ruptures négociées pour les sorties amiables, les préretraites et les préretraites a été lancé fin 2020.

Luís Rodrigues a souligné que la restructuration du groupe ne prévoit pas de licenciements collectifs et a souligné que l’administration est en « contact permanent avec les syndicats ».

« En ce moment, une nouvelle vague interne d’accords de licenciement, de préretraites, de retraites anticipées et de sorties convenues d’un commun accord est en cours. L’adhésion a été intéressante. Dans cette affaire, je ne pense pas qu’il y aura de problème », a-t-il souligné, louant la « paix sociale » au sein de l’entreprise.

Le président de la société açorienne a précisé que les licenciements ont été « transversaux », n’affectant aucun domaine ou service du groupe en particulier.

« Les résiliations ont une particularité : elles doivent se faire selon l’exploitation et selon la direction. S’il y a une zone où les gens veulent partir et qui crée des problèmes opérationnels, ce n’est pas possible », a-t-il déclaré.

Lors de la présentation, Luís Rodrigues a mis en avant « cinq piliers » pour garantir la « survie et le développement » de SATA : « optimisation du réseau », « restructuration de la flotte », « efficacité opérationnelle », « négociation avec les fournisseurs » et « rationalisation du travail ».

Le groupe aéronautique prévoit des économies de 70 millions d’euros d’ici 2025, via la « restructuration de la flotte » et « l’efficacité opérationnelle », la mise en place de « programmes d’efficacité » pour « optimiser la planification » et « réduire la consommation de carburant au sol ».

SATA va aussi « restructurer » la restauration à bord, réduire les « coûts de distribution » (avec la « fin des commissions versées aux voyagistes ») et « optimiser les services partagés », procéder à la « digitalisation des processus ».

Pour réaliser ces économies, SATA entend également négocier avec les fournisseurs des contrats d’assistance, de « frais de séjour », de maintenance des avions (augmentant « l’utilisation des ressources internes ») et de service de location.

L’entreprise veut procéder à la « réduction temporaire des rémunérations », « restructurer les filiales » aux Etats-Unis et au Canada et renégocier les conventions collectives pour « améliorer la productivité et réduire les embauches saisonnières ».

Luís Rodrigues a également souligné que de janvier à juin 2022, SATA a réalisé le « meilleur premier semestre de son histoire » en termes de chiffre d’affaires et que les résultats d’exploitation de l’entreprise sont « en ligne avec le plan de restructuration ».

Le président de l’entreprise a souligné que le plan de restructuration prévoit des résultats positifs en 2023.

Le 14 juin, il a été annoncé que SATA avait en 2021 un résultat positif avant intérêts et impôts et un résultat net négatif de -57,4 millions d’euros, une amélioration de plus de 30 millions par rapport à 2020.

Dans un communiqué, la société a révélé que le « résultat net consolidé s’est amélioré de plus de 30 millions d’euros » l’an dernier, par rapport à 2020 (où la perte s’élevait à 88 millions), continuant toutefois en « territoire négatif » en termes de valeur. de -57,4 millions d’euros.

Le 7 juin, la Commission européenne a autorisé une aide d’État portugaise pour soutenir la restructuration de la compagnie aérienne de 453,25 millions d’euros en prêts et garanties d’État.

Les difficultés financières de SATA durent depuis au moins 2014, lorsque la compagnie aérienne, entièrement détenue par le gouvernement régional des Açores, a commencé à enregistrer des pertes, exacerbées par les effets de la pandémie de covid-19, qui a eu un impact énorme sur le secteur de l’aviation.

RPYP (ACG) // MLS